Nita Evele and Tony Gambino Speak Out

Nita Evele and Tony Gambino Speak Out

Stay informed about the escalating political crisis in the DRC, and concerns that sexualized violence against women will increase by following us here. Our Expert Insight call with be announced soon on our Events page. 

Recently, Panzi USA Board Members Nita Evele and Tony Gambino were featured in the Georgetown University Institute for Women, Peace, and Security's "Profiles in Peace" series. 

Ms. Evele also spoke at the Enough Project's "Combating Violent Kleptocracy in the DRC" event. Read the report here. See the panel discussion in the video below. 

Healing in Harmony Begins #JourneytoScale

Healing in Harmony Begins #JourneytoScale

Humanitarian Innovation Fund Names Panzi's Healing in Harmony Music Therapy Program
Winner on the "Journey to Scale" 

(Los Angeles, CA) The Panzi US partnership withMake Music Matter, and our colleagues at Panzi Foundation DRC grows stronger every day. The holistic healing model incorporates innovation and medical research with groundbreaking programs, like our "Healing in Harmony" music therapy program. Participants are survivors of sexual violence, abandoned children, vulnerable community members, and Panzi staff. Together, they are are treated as artists, not patients - and they own their music.

Executive Director Naama Haviv said, "We are honored to work with Darcy Ataman, an incredible innovator, and our dedicated and inspiring team in Bukavu. Healing in Harmony, at its core, has potential for transformative change, not just in women's lives and in communities, but in the broader community of practice. We stand ready to work with the Humanitarian Innovation Fund on our Journey to Scale."

Ediitor's Note: Photographs feature participants in the Healing in Harmony program. Photo Credit: Panzi Foundation USA. Interviews will be granted in order received. Please contact Elizabeth Blackney, tele +1 541.390.1913 or via email: ElizabethB@pfusa.org

###

Dr. Mukwege Accepts Seoul Peace Prize

Dr. Mukwege Accepts Seoul Peace Prize

REMARKS AS PREPARED FOR DELIVERY
Delivered by Dr. Denis Mukwege to Seoul Peace Prize Cultural Foundation Award Ceremony
Dynasty Room, Hotel Shilla, Seoul


Chairman of the Seoul Peace Prize Cultural Foundation,
Members of the Seoul Peace Prize Selection Committee,
Distinguished guests,
Ladies and gentleman,
Friends of peace,

It is my pleasure to be with you today in Korea. Thank you for your warm welcome!

On behalf of my staff working each day, tirelessly, I am humbled and honored to accept the Seoul Peace Prize. At Panzi Hospital and Foundations, we treat, heal, and help revitalize dignity within our patients who have faced evil and survived. 

To all survivors of rape and sexual violence around the world, I dedicate this Prize to you as an acknowledgement of your humanity and suffering, and our shared desire for peace. 

I must also honor and recognize the resilience of the so-called Comfort Women. They suffered immeasurable pain, indignity, violence, and social stigmatization. In their memory, and in the memory of all victims of rape and sexual violence, I re-dedicate myself to pursuing peace, seeking truth and reconciliation, standing up for the rights of all people, and healing survivors around the world. We are one family and community. In your honor, I accept this prestigious award with humility and with hope. 

Dr. Martin Luther King, Jr. said that "Every man must decide whether he will walk in the light of creative altruism or in the darkness of destructive selfishness. This is the judgment."

Dr. King then asked us, "Life's most persistent and urgent question is: What are you doing for others?" 

I am doing my duty, as we all must. Each one of us confronted with the suffering of any fellow human being must show concern and compassion. We must take action to help those in need. This is what we do every day at Panzi. 

I have hope despite that, for too long, the use of rape and sexual violence in times of war - and in peace - has been ignored or denied. This global issue affects humanity as a whole. Because of the tireless work of those in the medical community, advocates for justice, and civil society voices around the world, addressing rape and sexual violence is on the agenda of the international community. But, more needs to be done.

By expressing your solidarity with victims of sexual violence in conflict, you have chosen to stand against the indifference that survivors endure. You are joining those who know suffering is not an inevitable part of war. You are reaffirming that lasting peace and security can only be achieved when threats to women are seen as threats to all. 

This prize is a message to survivors. You are valued and not forgotten. Your cries and your voices are heard. Together we commit ourselves to building a healthier, more just, and peaceful world. 

Friends of peace, ladies and gentlemen, and survivors, 

My heart is also heavy. Today is October 6, and I am compelled to share with you one of the most difficult memories of my life. 

This date lives within me, in my work, but also in my soul. Twenty years ago, in 1996, I was the medical director of the hospital in Lemera - a village in the beautiful hills of the South Kivu Province in Eastern Congo, near the borders with Burundi and Rwanda. 

That day, an armed group attacked the hospital, killed 30 of my patients - sick and wounded people - and three members of my medical staff. 

I miraculously survived. 

This war crime was the first massacre of many that are still ravaging the region where I live and work. 

Those who have command responsibility for this serious breach of international humanitarian law that marked the beginning of the war in the Democratic Republic of the Congo (DRC) are well known. Their crimes have been documented and listed in a report of the United Nations (UN). Not one of the perpetrators has been prosecuted or brought to justice. 

Twenty years after this atrocity at Lemera was committed, no one has ever been held accountable. Neither the families of the victims nor the community received any sort of redress. No memorial has been built on the site of the mass grave where the remains of the innocent victims were buried with no names. 

There is no official recognition of what happened.

No academic or history book is teaching our children at school about the day that changed the course of the modern history in the Great Lakes region. No truth. No memory. No reparation. No justice for the victims. No dignity for the innocents. 

Three years after the 1996 massacre, my aim was to build a hospital where women could receive good healthcare in order to reduce maternal mortality. But our first patient did not come to deliver a baby. She had been raped with extreme violence. It was the first time we had witnessed such an inhumane act. We thought the case must be an isolated one. It quickly became clear that it was only the beginning of a humanitarian disaster of tremendous proportions that plagues us to this day.

The bodies of women and girls are now the battlefields of a conflict that has killed and displaced millions of people. Rape has been used in a widespread and systematic manner as a weapon of war, as a deliberate political and military strategy. Many of these atrocities have been committed by child soldiers brainwashed by warlords and domestic and foreign armed forces to destroy communities. Yet we should not forget that children who perpetrate sexual violence are often victims themselves. 

In this climate of impunity, trauma and gender discrimination, rape is becoming more and more prevalent among civilians, and is spreading across society. Rape should never be normalized, or accepted as a consequence of conflict.

Is rape about uncontrolled sexual desire? No. Rape as a weapon of war is about power. It is first and foremost a strategy to demoralize, destabilize and displace entire communities. It is not incidental violence. Rape as a weapon of war is committed in a systematic way with specific goals. Often in public and with brutal violence, targeting civilians.

Recently we have been confronted with an even more troubling and shocking side of violence and destruction: the rape of children and infants. The wards at Panzi hospital are increasingly filled with young innocent faces. 

No one should accept what is unacceptable. Red lines must not be crossed without serious action and accountability. Our children's lives matter. 

Friends of peace,

Officially, there has been peace in the DRC since 2002, but the harsh reality in eastern Congo is one of violence and ongoing conflicts. 

Despite various peace agreements, which are supposed to foster democratic transition under the watch of the UN's largest peacekeeping mission, MONUSCO, we live in neither war nor peace. 

We live in a new form of conflict involving numerous militias and armed groups. Like criminal enterprises, they operate in the shadows, with the complicity of unscrupulous businessmen and corrupt leaders. They exploit our land and our people for personal interests. This occurs in an economy that is largely militarized and is based on the illegal trade of minerals resources.

We must break the existing links between armed conflicts and illegal exploitation of natural resources. Often called "conflict minerals" or "blood minerals." 

These resources are abundant in the region where I live. They continue to power our cell phones, tablet, laptops and other electronic devices. This industry in Congo is partially driven by the modern slavery, of women and men, but also of exploited children who work in inhumane conditions and are victims of all forms of abuse. 

Human dignity must be at the heart of ethical governance, and at the center in our shared economic and financial interests. 

In a globalized market, responsible consumers must be made aware that even though we may not be directly associated with these illegal activities and human rights abuses, our purchases can and do contribute to these types of crimes. 

We must be aware of the links between our mobile phones and other devices and the instability in the DRC. We have a responsibility to advocate for transparency in the upstream and downstream supply chains for these precious minerals. By doing so, we may bring stability, prosperity and peace to the people of Congo.

Ladies and gentlemen,

This is the context in which we are fighting against rape as a weapon of war. Every one of us can contribute to the resolution of this violence as responsible consumers and advocates, lifting our voices and ensuring mining companies and governments adhere to best practices. 

Since we opened Panzi Hospital in 1999, we have treated more than 48 thousand survivors of rape and sexualized violence, in addition to 35 thousand women and girls with complex gynecological injuries.

This medical care, which includes reconstructive gynecological surgery, is part of a four-pillar holistic healing model with which we strive to help survivors and their families and communities to heal the body, the mind and the spirit. 

At Panzi, survivors can access medical care, psychosocial services, legal aid, and can choose to participate in activities aimed at gaining socio-economic power and building women's leadership. When they are ready, Panzi also supports them in their community reintegration. We provide these services to help victims become survivors, to speak out, and to become advocates for peace and justice. 

Panzi Foundation is also increasingly involved in prevention work. We cannot continue to repair the damage done on our wives, daughters and sisters. We need to act to prevent the violence from occurring in the first place. 

We also must address the need to alter existing gender norms. Time has come to change mentalities, combat harmful practices and patriarchal discrimination. Hence our projects address structural issues such as gender inequality. Men and boys must work together with women and girls in the fight against sexual violence. We as men must promote women's leadership.

Education is also vital in combatting the systematic use of sexual violence. The right to education cannot continue to be denied for women who make up half of the population in the world. 

We are convinced that investing in access to education and healthcare for women and girls is not only a way for governments to fulfill their legal obligations, but is the smartest way to support social and economic development and prosperity. 

We must pursue justice for victims of sexual violence. As long as there is no accountability and complete impunity for perpetrators, the cycle of violence will continue. We must unite and show that we will no longer tolerate this behavior. When we no longer allow it to persist, justice for women and all of us will be within our grasp.

In the absence of a functioning judiciary that is able and willing to address the most serious crimes, including rape and other forms of sexualized crimes, we are calling for the establishment of an International Tribunal for Congo. Such an institution will represent one step towards ending impunity, and help the process of combatting root drivers of the instability and violence.

We find our inspiration in the fierce determination of survivors who become actors for social change in their communities. They are fighting for their rights and for peace. We strongly believe that those who have endured violence in conflict have the capacity to act as agents for peace and security. They must participate at all stages of peace processes and deserve a place at the negotiation table in peace talks. 

Dear Friends,

We will never give up. With you and other advocates around the world at our side, we can end rape as a weapon of war. 

Why, when the international community has been able to draw a red line for the use of nuclear, chemical and biological weapons, is there no red line with regard to rape as a weapon of war? There is legal precedent for seeking justice and obtaining convictions. 

It is crucial that the international community, the diplomatic world, donors and international criminal justice mechanisms do not allow this red line to be crossed again and again without responding. 

The survival of our humanity is at stake.

If we want to stop seeing the blood of our Congolese sisters and brothers, the international community must urgently act to prevent a new cycle of violence and repression, thereby increasing perpetration of sexual violence. Sanctions must be imposed to discourage constitutional violations that risk jeopardizing democracy. 

Friends of peace,

We will never give up as we believe it is possible to end violence and build sustainable peace in the Great Lakes region. 

We strongly believe that there will be no lasting peace nor sustainable development without having access to all the tools of transitional justice - prosecution, truth and reintegration mechanisms, vetting and reparation. 

Your country, too, has understood the tribulations surrounding reparations. Victims of wartime sexual violence must receive the proper acknowledgement. The strength of the women continuing to demand justice in Korea is inspiring. They do not give up. And neither should we. 

We are convinced that the promotion and enjoyment of human rights for all, economic, social, cultural, civil and political rights are both our means and our goal towards consolidating the path to lasting peace and democracy in Africa and worldwide. 

Finally, my dear friends and partners in peace,
 
The DRC stands on the precipice. The constitutional mandate requires the current President to step down at the end of his second and last term in December. The regime is currently in an authoritarian drift. The government's opposition, civil society, human rights defenders, journalists and youth movements, are all being persecuted. These groups are eager to witness and support the first democratic transition of power in Congo's history. 

But there are grave concerns that those in power are eager to retain power. 

In this climate of fear and terror, the message of a strengthening Congolese civil society is simple and clear: we need to respect the provisions enshrined in the 2006 Constitution, which is the result of a referendum and the fruit of a negotiated peace agreement. 

As you have lifted your voice in support of survivors of sexual violence, I ask you now to stand with all the innocent people engaging in the defense and promotion of human rights, the rule of law, and peace. 

It is my honor to be with you here, 

Thank you for your attention and support,

Denis Mukwege, MD, PhD 

Photo credit: Olivier Vanderveeren, Panzi Hospital and Foundations

Dr. Denis Mukwege Named 2016 Seoul Peace Prize Laureate

Dr. Denis Mukwege Named 2016 Seoul Peace Prize Laureate

Seoul Peace Prize Committee Named Dr. Denis Mukwege the recipient and laureate for the 2016 Seoul Peace Prize

STATEMENT FROM DR. DENIS MUKWEGE

"With gratitude, I thank the Seoul Peace Prize Committee. I am humbled by their decision, and must also acknowledge the heroism of the women and girls of my country, Democratic Republic of Congo.  This prestigious award acknowledges the world has not forgotten them, and the Committee honors their resilience. Together, we will continue our pursuit for peace and equality around the world.

"This award bears the true intent of the Olympic spirit, in the Seoul Games of 1988 and even today in Rio De Janeiro: people of different nationalities, of different races, backgrounds or languages, in a demonstration of global solidarity, and diverse capabilities can forge a path to peace.

"It is a profound honor to be a part of the Seoul Peace Prize Committee’s legacy. The Committee, and the Korean people carry the torch for peace, and with their light – they have made the world aware of the suffering and injustice inflicted upon the Congolese people over the last two decades. In this moment, I must recognize the resilience and strength of Comfort Women, who suffered pain, indignity, violence, and social stigmatization. In their memory, I re-dedicate myself to pursuing peace, reconciliation, and healing for survivors around the world.

"Injustice anywhere on our planet should ring an alarm and I call upon our common humanity to stand together against it. We are stronger for the partnerships we build in peace, in sport, and through love of our fellow human beings."


"Avec gratitude, je remercie le Comité du Prix de la Paix de Séoul. J’accepte cette décision avec humilité car il constitue une reconnaissance de l'héroïsme des femmes et des filles de mon pays, la République démocratique du Congo. Ce prix prestigieux témoigne du fait que le monde ne les a pas oublié, et le Comité rend hommage à leur résilience. Ensemble, nous allons continuer notre quête pour la paix et l'égalité dans le monde entier.
 
Ce prix est porté par l'esprit des Jeux olympiques, de Séoul en 1988 jusqu’à aujourd'hui à Rio De Janeiro: des personnes de différentes nationalités, races, origines ou langues, rassemblées autour d’une manifestation de solidarité mondiale, nous montrent que diverses compétences peuvent forger un chemin vers la paix.
 
C’est un grand honneur d’être désigné comme lauréat par le Comité du Prix de la Paix de de Séoul. Le Comité et le peuple coréen portent le flambeau de la paix, et avec leur lumière - ils ont rendu le monde conscient de la souffrance et de l'injustice infligée au peuple congolais au cours de ces deux dernières décennies. Aujourd’hui, je dois également reconnaître la résilience et la force des femmes de réconfort, qui ont enduré la douleur, l'indignité, la violence et la stigmatisation sociale. En leur mémoire, je réitère mon engagement à poursuivre la paix, la réconciliation et la guérison pour toutes les survivantes de violences sexuelles à travers le monde.
 
Partout sur notre planète, l’injustice devrait faire sonner un cri d’alarme et je lance un appel à notre humanité commune pour s’unir ensemble contre elle. Nous sommes plus forts en tant que partenaires pour construire la paix, comme dans le sport, et dans l’amour que nous portons pour nos semblables."

#YELLOWSUNDAY

#YELLOWSUNDAY

Join Congolese civilians worldwide for Yellow Sunday on June 19, 2016. Together we will stand in solidarity to increase public awareness of the ongoing atrocities in Beni and throughout Congo, and mobilize support for those fighting for peace and justice. 

In Congolese traditions, yellow symbolizes wealth. Congo's greatest wealth is its people, who struggle under violence, corruption, and poverty. Join our effort by wearing yellow on Sunday, June 19; take a picture of yourself, your friends, your families, your church and community wearing yellow and post it on social media using hashtag #YellowSunday #DimancheJaune #JeSuisBeni #Congo.

Feel free to use the graphics below to aid your efforts! 

Resources:

Mukwege: End Sexual Violence in Conflict

Mukwege: End Sexual Violence in Conflict

Statement from Dr. Denis Mukwege, 19 June 2016

Today we celebrate the first International Day for the Elimination of Sexual Violence in Conflict.

Our thoughts immediately go to all victims, all the women and men, girls and boys, sometimes even babies, who have been abused, tortured, and subjected to rape as a strategy of war.  Rape that becomes a widespread or systematic attack against a civilian population on national, political, ethnic or racial grounds is a Crime Against Humanity. Rape is a cost efficient, cruel, inhumane and degrading war strategy deployed in too many modern conflicts.

Rape as a weapon of war should not be confused with rape, or non-consensual sex. It is first and foremost a strategy of humiliation, power, and subjection - usually committed in public, and targeting civilians. It also covers sexual slavery and forced sterilization. Systemic, orchestrated rapes are often a weapon that forces people from their homes, destroys family life, and the social fabric of entire communities. It aims to destroy the source of life and so, it concerns us all. Rape in conflict leaves evidence behind, including children born of rape, and the lingering horror when rape and gender-based violence metastasize and spread through traumatized communities and societies, their values lost, often for generations.

The first time I testified before the United Nations Security Council on the rapes committed in the Eastern regions of the Democratic Republic of the Congo, a diplomat from one of the permanent members was reluctant to even discuss this issue at the United Nations Security Council.

Since then, progress has been made. There is growing awareness at the global level and a multitude of resolutions have been adopted by the Security Council in the wake of resolution 1325. After a too long silence and a culture of denial, the question has now attracted attention and more and more survivors are aware of their right to justice and their right to access health care safely.  

The adoption of this international day sends a strong message: the international community has opened their eyes and calls on each of us, men and women, to take action against this heinous crime. Each of us can make a difference. We can contribute to changes in attitudes to end the crime of rape, which is often presented as the oldest in the history of humanity, but which remains unpunished far too often.

We must redouble our efforts though, to raise awareness among opinion and policy makers. Together we must seek an end to impunity, and pursue justice for the victims of Rape in Conflict subjected to these crimes that shock the conscience of our collective humanity. 

The law represents the most effective tool for preventing sex crimes, at home or abroad. The landmark Akayesu case set a legal precedent and created a framework for the law, for policy makers, survivors, and their communities. In recent months, we have been encouraged by the conviction of military officials in Guatemala for acts committed against Mayan women in the early 1980s. The conviction and condemnation of the former President of Chad, Hissène Habré, in Senegal was a welcome victory for both victims and civil society associations, as well as for truth – and history. International criminal justice should focus on those who orchestrate and oversee these crimes, and on the individual perpetrators. Despite the modest progress made, I remain dismayed by the upsurge of sexual violence during conflict, leaving the overwhelming majority of victims continue to suffer in silence, without benefiting from services which are so much needed to restore their dignity.  

It is time to act, to turn words into actions, and to establish a strategy. Concrete actions with real political will further the commitments made at the London Summit, and aid us in seeing an end to sexual violence in times of conflict. It takes a clear and unequivocal commitment by each one of us, in partnership with the international community. We must establish a red line against the use of rape as a weapon of war. We must create a lasting legacy of peace and democracy not one of impunity and indifference.

Dr. Denis Mukwege, PhD


Communiqué de presse du Dr. Denis Mukwege à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences sexuelles en période de conflit

Aujourd’hui, nous célébrons la première journée internationale pour l’élimination des violences sexuelles en période de conflit.

Nos pensées vont immédiatement à toutes les victimes, hommes et femmes, garçons et jeunes filles, parfois même des enfants et des bébés, qui ont été abusés, torturés, et soumis au viol commis comme une stratégie de guerre - technique cruelle, inhumaine et dégradante qui se répand dans de trop nombreux conflits modernes.

Le viol comme arme de guerre ne doit pas être confondu avec une relation sexuelle non consentie, car il est commis le plus souvent sur des civils, en public, et de manière méthodique, massive et systématique. Les communautés locales sont également victimes d’une pléthore de violences sexuelles comme l’esclavage sexuel et les stérilisations forcées. Il s’agit avant tout d’une stratégie d’humiliation, de pouvoir et d’assujettissement. Le viol commis avec extrême violence vise non seulement à détruire l’appareil génital de la femme, mais avant tout à terroriser la population, à la forcer au déplacement, à détruire la vie familiale et le tissu social. Il vise donc à détruire la source de la vie et nous concerne tous. De plus, il continue à laisser des traces multiples après la guerre - notamment pour tous les enfants issus du viol, lorsque le viol et les violences basées sur le genre se répandent comme des métastases dans des sociétés traumatisées et en perte de valeurs, souvent pour plusieurs générations. 

Les conséquences du viol commis avec extrême violence s’apparentent aux effets des armes classiques, voire des armes de destruction massive. La première fois que j’ai témoigné devant le Conseil de Sécurité sur les viols commis à l’Est de la République Démocratique du Congo, un diplomate d’un des pays membres permanents avait fait remarqué son incompréhension à débattre de cette question au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Depuis lors, des progrès ont été accomplis : une prise de conscience grandissante gagne l’opinion publique mondiale et le Conseil de Sécurité a adopté plusieurs résolutions importantes dans la foulée de la résolution 1325. Après un trop long silence et une culture de déni de la réalité, la question retient à présent l’attention et de plus en plus de survivantes sont informées de leurs droits à la justice mais aussi à l’accès à la santé. 

L’adoption de cette journée internationale envoie un signal fort: la communauté internationale a ouvert les yeux et interpelle chacun de nous à briser l’indifférence, à se mobiliser ensemble, hommes et femmes, contre ce crime odieux. Chacun de nous doit se révolter face à l’inacceptable, et chacun de nous a vocation à contribuer au changement des mentalités pour mettre fin à ce crime souvent présenté comme le plus vieux de l’histoire de l’humanité, mais qui est toujours resté impuni. 

Telle est la raison pour redoubler les efforts de lutte contre l’impunité pour ces crimes qui choquent la conscience de l’humanité. La justice représente l’outil le plus efficace pour prévenir la répétition de ces crimes à caractère sexuel.  Depuis le précédent historique de l’affaire Akayesu lors du génocide au Rwanda, nous avons été encouragés par la condamnation récente de responsables militaires au Guatemala pour des faits commis contre des femmes Maya au début des années 80. La condamnation de Hissène Habré au Sénégal a aussi été saluée par tous comme une victoire des associations de victimes et de la société civile sur la vérité et l’histoire, et un précédent important sur la base du principe de la compétence universelle. Nous gageons que la justice pénale internationale ne va plus s’intéresser qu’aux simples exécutants ou aux petits poissons car malgré les timides progrès enregistrés, nous constatons avec effroi une recrudescence de violences sexuelles en période de conflit et l’écrasante majorité des victimes continuent de souffrir en silence, sans bénéficier des soins si nécessaires pour la restauration de leur dignité. 
 
Il est plus que temps d’agir, de transformer les paroles en actes et d’établir une stratégie et des actions concrètes avec une réelle volonté politique suite aux déclarations faites au Sommet de Londres pour mettre fin aux violences sexuelles en période de conflit. Il faut un engagement clair et univoque pour que la communauté internationale établisse une ligne rouge contre l’usage du viol et les violences sexuelles utilisées comme une arme de guerre. Et ne la laisse plus se faire transgresser dans l’impunité et l’indifférence. 

Dr. Denis Mukwege


ASIA, THE AMERICAS, & EUROPE

Elizabeth Blackney, Media and Communications Director, Panzi Hospital and Foundations
Email: ElizabethB@pfusa.org
Tele: +1 541.390.1913 Skype: @medializzy

DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO

Daniel Murhula Musaka, Communications Officer at Panzi Hospital
Email: danielmusaka@gmail.com

Prince Mujumbe Salama, Communications Officer at Panzi Foundation DRC and Website & Financial Administrator at ICART
Email: Communication@fondationpanzidrc.org
Skype: Prince-Kwamiso

Dr. Mukwege at Oslo Freedom Forum

Remarks as prepared for delivery by at the Oslo Freedom Forum, in French and English. 

Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,

C’est une grande source d’inspiration pour moi d’être aujourd’hui à vos côtés, femmes et hommes épris de paix, de justice et de liberté. Chaque jour, nous luttons à travers le monde pour la promotion et la protection des droits humains, dans des régions où bien souvent l’arbitraire et l’oppression règnent, et où la paix, la justice et la liberté représentent des idéaux à atteindre. Chaque jour, nous sommes confrontés à la violence et à la folie humaine, mais nous répondons par l’amour et nous gardons l’espoir des lendemains meilleurs.

Nous sommes d’accord avec le slogan du Forum: une étincelle peut allumer un feu. Le battement des ailes d’un papillon peut provoquer un ouragan. Chacun de nous peut contribuer à l’édification d’un monde meilleur. Chacun de nous peut être un catalyseur pour le changement.

A l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), malgré les différents accords de paix, censés aboutir à une transition démocratique en présence de la plus grande mission de paix des Nations Unies, nous vivons aujourd’hui dans une période de ni guerre ni paix.

Nous sommes confrontés à une nouvelle forme de conflits menés par une pléthore de groupes armés, qui s’apparentent à des entreprises criminelles, et qui opèrent de manière opaque avec la complicité d’hommes d’affaires cupides et sans scrupules sous l’œil indifférent de nos leaders corrompus, qui sacrifient nos terres et nos peuples pour des intérêts personnels, dans une économie largement militarisée.

Au début de ce mois, plus de 50 personnes ont été massacrées dans les Provinces du Nord Kivu et de l’Ituri. Des enfants ont été décapités et des femmes enceintes éventrées à la machette près de Beni, à proximité d’une base des Forces armées de la RDC et des Forces de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en RDC, pourtant habilitée à utiliser « tous les moyens nécessaires » pour protéger la population civile. 

Les autorités de la RDC n’ont même pas réagi à ces atrocités de masse récurrentes. Le Congo, ce géant malade, se trouve à nouveau à un tournant critique: tous les signaux d’alerte sont au rouge! 

Dans un contexte préélectoral explosif et incertain, nous assistons à une dégradation de la situation sécuritaire et humanitaire et nous observons une dérive autoritaire inquiétante du pouvoir entraînant une recrudescence du nombre de violations des droits humains et une restriction de l’espace des libertés pour les citoyens, la société civile et l’opposition.

La population est livrée à elle-même, et tous les efforts du régime en place semblent résider dans son souhait de s’accrocher au pouvoir en instaurant un climat de peur et en ayant recours à diverses manœuvres dilatoires destinées à créer une impasse politique. L’ordre constitutionnel est en péril, ainsi que la perspective et l’aspiration d’une Nation à vivre la première transition démocratique de son histoire.

Nous sommes tristement bien placés pour savoir qu’à chaque pic de dégradation sécuritaire et d’instabilité politique et institutionnelle correspond un pic dans le nombre de femmes victimes de violences sexuelles. Voici près de vingt ans que nous traitons les victimes de la violence à l’Hôpital de Panzi.

Depuis lors, nous avons soignés plus de 45.000 femmes, de jeunes filles et de bébés, parfois âgés d’à peine 6 mois ! Et nous avons développé un modèle d’assistance holistique qui comprend quatre volets : le médico-chirurgical, le psycho-social, le socio-économique et légal. 

Le modèle d’assistance holistique développé à Panzi a commencé à être dupliqué, sous forme de « One stop center » ou de « Guichet unique », dont l’objectif est d’intégrer tous les besoins liés à la santé de la femme dans sa globalité au sein du système de soins de santé primaires. La plus-value de notre système est sa vocation à insérer la santé mentale dans le système de santé de soins primaires existants.

Notre stratégie vise à transformer la souffrance en force, transformer la peine en pouvoir, et d’outiller les femmes pour développer leur capacité à devenir autonomes à leur sortie. Et nous constatons avec satisfaction que de nombreuses femmes, après quelques semaines ou mois de traitement, d’accompagnement et de renforcement de capacités, deviennent de véritables activistes des droits humains, protégeant non seulement leurs droits, mais aussi ceux de leurs enfants et de leurs communautés, faisant d’elles des leaders dans leur milieu et des véritables catalyseurs pour un changement radical du système oppressif de notre société en perte de valeurs. Nous pensons que la révolution morale viendra par ces femmes. 

Je souhaite partager avec vous l’histoire d’une femme qui m’a fort bouleversé. Après avoir été violée et contaminée par le VIH, devenue veuve suite à l’assassinat de son mari, Rose va être prise en charge par l’Hôpital pour le traitement du Sida. A son admission, cette femme adulte pesait à peine 30 kilos, et son pronostic vital était en jeu. Elle était hantée par la mort, angoissée à l’idée de laisser ses enfants orphelins de père et de mère. Après avoir été entourée d’amour et de soins appropriés, elle a repris doucement. 

A la sortie de l’Hôpital, elle a été insérée dans un programme de coupe et couture et d’agriculture. Au bout de 5 ans, Rose est venue nous présenter à Panzi ses enfants qui sont désormais scolarisés ; elle a pu s’acheter sa maison grâce à la vente de boutures de manioc, et elle évalua, avec un sourire de satisfaction au bout des lèvres, son capital à 10.000$, alors que le micro-crédit qu’elle avait reçu s’élevait à 50$ ! Quelle résilience, quelle force !

Pour mettre fin au viol des femmes à l’Est du Congo, il faut enrayer la violence et consolider le chemin de la paix et la démocratie. Il faut briser le silence et l’indifférence qui ont trop longtemps prévalu. Il faut mobiliser les hommes contre les violences faites aux femmes. Il faut transférer le stigma qui pèse sur les victimes sur les épaules et la conscience de leurs bourreaux. Il faut lutter contre l’impunité pour tous ces crimes qui choquent la conscience de l’humanité et utiliser tous les mécanismes de la justice transitionnelle : poursuites nationales et internationales, réparations individuelles et collectives, assainissement des institutions et des services publics, mécanismes d’établissement de la vérité.

Pour mettre fin au viol des femmes à l’Est du Congo, il faut une réelle volonté politique de l’Etat congolais qui persiste dans son narratif de déni et il est plus que temps de mettre en œuvre la responsabilité de protéger les populations civiles. Il est crucial que la communauté internationale, le monde diplomatique, les bailleurs de fonds et la justice pénale internationale ne laissent plus transgresser les lignes rouges sans réagir. 

Pour mettre fin au viol des femmes à l’Est du Congo, la dignité humaine doit être placée au cœur des préoccupations économiques et financières et il faut couper les liens existants entre les conflits armés et l’exploitation illégale des ressources naturelles, parfois appelées « minerais des conflits » ou « minerais de sang », dont regorgent la région où je vis, et dont le monde entier a besoin pour nos technologies modernes. Nous sommes les témoins d’une nouvelle forme d’esclavagisme des femmes, mais aussi des enfants qui travaillent dans des conditions inhumaines, et qui sont victimes de toutes sortes d’abus. Les consommateurs que nous sommes doivent être informés pour ne pas être indirectement associés par nos achats à des crimes odieux sans savoir les liens existants entre leurs téléphones et autres gadgets et l’instabilité en RDC.

Ensemble, défenseurs des droits humains et décideurs politiques, acteurs économiques et dirigeants de sociétés, citoyens et consommateurs, hommes et femmes épris de paix, de justice et de liberté, nous pouvons mettre fin à la violence sexuelle et construire un monde meilleur pour les générations futures, dans une liberté plus grande, où l’égalité des sexes deviendra une réalité, dans l’intérêt de tous.

Je gage que nous y parviendrons !

Je vous remerci.


Distinguished guests, ladies and gentlemen:

It is a great inspiration for me to be among so many women and men committed to peace, justice and freedom. Every day, we struggle around the world for the promotion and the protection of human rights, in regions under the arbitrary rule and oppression where peace, justice and freedom are ideals still to be attained. Every day, we are confronted with violence and human madness, but we respond with love and we hope for a better future. 

We agree with the theme of the Forum: a spark can ignite a fire. The batting of the wings of a butterfly can stir up a typhoon. Each one of us can contribute to the building of a better world. Each one of us can be a catalyst for change. 

In the eastern Democratic Republic of Congo, despite various peace agreements, which were supposed to usher in a democratic transition under the watch of the UNs largest peacekeeping mission—we live today in a period of neither war nor peace. 

It is a new form of conflict involving a plethora of armed groups. Like criminal enterprises, they operate in opacity, with the complicity of unscrupulous businessmen, and the indifference of our corrupt leaders, who sacrifice our land and our people for personal interests, in an economy that is largely militarized. 

At the beginning of this month, more than 50 people were killed in the provinces of North Kivu and Ituri. Children have been decapitated and pregnant women have been disemboweled with machetes near a base of the DRC armed forces and forces of the UN mission for the stabilization of DRC—even though the mission is mandated to use “any means necessary” to protect the civilian population.

DRC authorities did not even react to these recurring mass atrocities. Congo, this sick giant, is again at a critical turning point: all the signs of alarm are red! 

In a tense and uncertain pre-election context, we are witnessing the degradation of the security and humanitarian situation and a troubling slide of the government towards authoritarianism, which is leading to an increase in the number of human rights violations and restrictions on freedoms for citizens, civil society and the opposition. 

The population is left to fend for itself, and all the efforts of the regime in place seem to reside in its wish to cling to power by creating a climate of fear and using diverse maneuvers intended to create a political impasse. The constitutional order is in peril, as well as the opportunity and aspiration of a nation to experience the first democratic change of government in its history.

We are sadly very well placed to know that every peak of degradation of the security situation and political and institutional instability matches with a spike in the number of women victimized by sexual violence. 

We have been treating the victims of this violence for nearly 20 years at Panzi hospital.
Since then, we have treated more than 45,000 women, young girls and babies, some as young as 6 months! In addition, we have developed a model of holistic treatment, which includes 4 segments: medico-surgical, psychosocial, socio-economic, and legal. 

The holistic treatment model developed at Panzi has begun to be duplicated, under the form of “one stop center” or “one-stop shop” whose objective is to integrate all the health needs of the woman in the system of primary healthcare. The added value of our system is its dedication in integrating mental health in the existing primary care. 

Our strategy aims to transform suffering into strength, transforming pain into power and to empower the women to develop their capacity to become autonomous when they go out. We have observed with satisfaction that, after several weeks or months of treatment, support and strengthening, numerous women become real human rights activists, protecting not only their rights, but also those of their children and their communities. They become leaders in their community and real catalysts for radical change of the oppressive system gripping our society, which is losing its values. We think that these women will lead the moral revolution. 
I wish to share with you the story of a woman who has greatly moved me. After having been raped and infected with AIDS, having been made a widow following the assassination of her husband, Rose was admitted to the hospital for AIDS treatment. When she was hospitalized, this adult woman barely weighed 30 kg, and her prognosis for survival was uncertain. She was haunted by death, anguished by the thought of leaving her children behind as orphans. After receiving love and adequate care, she began a slow recovery. 

After her discharge from the hospital, she enrolled into a program teaching sewing and agriculture. 5 years later, Rose brought her kids to Panzi Hospital to introduce them to us. They were all in school by then. She was able to buy her house with the money she earned from selling cassava, and with a smile, she estimated her net worth at $10,000—even though the micro credit that she had received was for $50. Such resilience, such strength! 

To end the rape of women in eastern Congo, we must eradicate violence and consolidate the path to path to peace and democracy. We must break the silence in response to the denial and indifference, which have prevailed for too long. We must mobilize men against violence against women. We must transfer the stigma from the victims to the shoulders and the conscience of their aggressors. We must fight against impunity for all these crimes, which shock the conscience of humanity. We must utilize all the tools and mechanisms of transitional justice: prosecutions of perpetrators, at the national and international level, and a reform of public services and institutions, which are mechanisms for the establishment of truth.  

To end the rape of women in eastern Congo, we need genuine political will from the Congolese government, which persists in its narrative of denial. Furthermore, it is high time we establish the responsibility to protect civilian populations. It is crucial that the international community, the diplomatic world, donors and international criminal justice do not allow the red lines to be crossed without reacting. 

To end rape against women in Eastern Congo, human dignity must be at the heart of economic and financial interests. We must break the existing links between armed conflicts and illegal exploitation of natural resources. Often called “conflict minerals” or “blood minerals,” these resources are abundant in the region where I live, and they power our modern technologies. We are the witnesses of a new form of slavery of women, but also children who work in inhumane conditions and are victims of all forms of abuse. The consumers that we are must be informed so that we are not indirectly associated, through our purchases, to odious crimes. We must be aware of the links between our mobile phones and other devices and instability in the DRC. 

Together, human rights defenders and political decision makers, economic actors and leaders of societies, citizens and consumers, men and women committed to peace, justice and freedom, we can end sexual violence and build a better world for future generations with greater freedom, where equality of sexes will become a reality, in the interest of all. 
I am confident that we will be successful! I thank you. 

 

Music Therapy at the World Humanitarian Summit

Music Therapy at the World Humanitarian Summit

At Panzi, we're committed to finding, integrating, and innovating on the best, most effective treatments for our holistic healing model. We implement groundbreaking new techniques, and back up our work with the research necessary to evaluate, iterate, and strengthen our innovations.

Our groundbreaking Music Therapy program is one of those key innovations - and we're showcasing it at the World Humanitarian Summit's Innovation Marketplace! Earning one of only 100 spots, our important music therapy program is bringing an immersive experience to Summit attendees. Available at our booth is inspiring music from survivors of sexual violence, who are redefining the healing path through the holistic healing model envisioned, developed, and implemented by Dr. Denis Mukwege. 

Guess who stopped by? UN Secretary General Ban Ki Moon joined us for a visit and a listen on Monday, May 23. Our pioneering partner, Darcy Ataman, Founder and CEO of Make Music Matter, was at the ready to explain our program and offer up our first Greatest Hits album. Check out the slideshow below!

Want to hear what the UN Secretary General heard? Check out our Music Therapy Program's first Greatest Hits album, Femme Forte Vol. 1:

Je Suis Beni - I am Beni

Je Suis Beni - I am Beni

Since October 2014, at least 600 people have been massacred with horrific brutality in and around the city of Beni, North Kivu. The atrocities have included beheadings, the mutilation of corpses, and the murder of young children. Just this month alone, more than 50 people have been killed. 

From Dr. Denis Mukwege:

"The blood of our Congolese sisters and brothers must stop flowing into the streets. Nothing can justify such cruelties, these are men and women and children, and their deaths are not simple news items. Their lives matter...

The Congolese are frustrated, hurt and humiliated. They are demanding more accountability and efficiency on the part of those who govern them. They are mobilizing to achieve the long-awaited, and promised, change."

On Friday, May 20, Congolese citizens and civil society leaders in Bukavu and beyond dressed in black, stayed home from work, and took to social media, all in mourning for their compatriots in Beni and to demand action. More than 7100 civilians gathered in Bukavu in a public display of lamentation for those lost, and in urgency for action to end this brutal assault. View the slideshow below. 

YELLOW SUNDAY: STAND IN SOLIDARITY 

Join Congolese civilians worldwide for Yellow Sunday on June 19, 2016. Together we will stand in solidarity to increase public awareness of the ongoing atrocities in Beni and throughout Congo, and mobilize support for those fighting for peace and justice. 

In Congolese traditions, yellow symbolizes wealth. Congo's greatest wealth is its people, who struggle under violence, corruption, and poverty. Join our effort by wearing yellow on Sunday, June 19; take a picture of yourself, your friends, your families, your church and community wearing yellow and post it on social media using hashtag #YellowSunday #DimancheJaune #JeSuisBeni #Congo.

Feel free to use the graphics below to aid your efforts! More resources follow.

Resources:

Statement: Dr. Mukwege on Beni Massacres

 

Statement from Dr Denis Mukwege – 17 May 2016
After Beni Massacres, "peace cannot be achieved at the expense of justice."

(Bukavu, DRC) Since early May, more than 50 people have been brutally massacred in Beni, in North Kivu Province, in eastern Democratic Republic of Congo. Since October 2014, the death toll in Beni has risen to more than 600. Photographs of these atrocities of masses are unbearable: pregnant women disemboweled, mutilated infants, human beings trussed up and their throats slit with a knife.

From the bottom of my heart, I extend my heartfelt and deepest condolences to all the families affected by this despicable barbarity, and also to all my countrymen and to all friends of the Congo who know victims of the atrocities committed in Beni, Lubero, Rutshuru, and elsewhere.

Our hearts are profoundly affected by the injuries related to the armed conflicts in the region; the crimes and barbaric atrocities occurring in the Eastern DRC for 20 years appear to be resurgent. The population feels abandoned and left to fend for themselves.

The blood of our Congolese sisters and brothers must stop flowing into the streets. Nothing can justify such cruelties, these are men and women and children, and their deaths are not simple news items. Their lives matter. 

More than 2000 kilometers from Beni, our leaders are creating a political empasse, through a false battle around the interpretation of our constitution. The apparent objective is the perpetuation of chaos in order to preserve the privileges of certain people close to those in power. Meanwhile in Beni, evil continues striking our villages leaving behind terror, chaos, blood, and houses aflame.

The Congolese are frustrated, hurt and humiliated. They are demanding more accountability and efficiency on the part of those who govern them. They are mobilizing to achieve the long-awaited, and promised, change.

Delaying tactics and an apparent intent to thwart elections occurring within the timeframe set forth in the constitution, creating a ‘glissement’ or ‘slippage.’ This is extremely dangerous and a violation of the 2277 resolution of the UN Security Council and the principles of the 2007 African Charter on Democracy, Elections and Governance. This glissement would only prolong the suffering of the Congolese people, to better secure and continue to exploit its resources without accountability.

The definitive solution to the problems plaguing the DRC requires holistic consideration of evil, and the awakening of the patriotic consciousness of the Congolese people. Then the overhaul of the State must establish and enforce laws that embrace human rights and governance oriented to the satisfaction, and in the best interest of all the people. In short, a radical change must occur. The Congolese people must be at the forefront of national sovereignty.

I appeal once again to the international community to implement its responsibility to protect civilians in the heart of the Great Lakes region, where truth and justice have been sacrificed on the altar of peace. We have waited too long, because until now we have neither peace nor justice.

As the massacres in eastern Congo illustrate, peace cannot be achieved at the expense of justice. I am reminded of the words Dr. Martin Luther King, Jr. wrote in 1963, that "justice too long delayed is justice denied." Peace can only be achieved where civil and human rights, in concert with economic development and education, and justice, are recognized by our government and the international community. 


Communiqué de Presse du Dr Denis Mukwege – 17 mai 2016

En ce début de mois de mai, plus de 50 personnes ont été sauvagement massacrées dans le Territoire de Béni, dans la Province du Nord Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo. Depuis octobre 2014, le bilan s’élève à plus de 600 morts ! Les images de ces atrocités de masses sont insupportables: des femmes enceintes éventrées, des bébés mutilés, des êtres humains ligotés et égorgés à l’arme blanche. 

Du fond de mon cœur, j'adresse mes condoléances les plus sincères et attristées à toutes les familles frappées par cette barbarie ignoble, et aussi à tous mes compatriotes et à tous les amis du Congo qui s'identifient aux victimes de Béni, de Lubero, de Rutshuru et d’ailleurs.

Nos cœurs sont profondément meurtris, et nos blessures liées aux conflits armés récurrents dans la région ; les crimes et barbaries qui sévissent dans l'Est de la RDC depuis 20 ans refont surface avec une nouvelle intensité. La population a le sentiment d'être abandonné et livré à elle-même. 

Le sang des Congolais doit cesser de couler. Rien ne saurait justifier de pareilles cruautés qui passent dans l’actualité comme de simples faits divers. Chaque vie compte.
Alors que nos gouvernants organisent une impasse politique et se livrent, à plus de 2000 km de Béni, à une fausse bataille d'interprétation de notre Constitution qui constitue en réalité une démarche bassement politicienne ayant pour objectif de perpétuer un chaos organisé visant la préservation des privilèges de quelques proches du pouvoir, le mal court, traverse nos villages laissant, derrière lui, terreur, chaos, sang et maisons en feu.

Les Congolais sont exaspérés, meurtris et humiliés.  Ils réclament plus de responsabilité et d'efficacité de la part de ceux qui les gouvernent. Ils se mobilisent pour parvenir au changement tant attendu.

Les manœuvres dilatoires ayant pour projet apparent d’hypothéquer l’organisation des élections dans les délais constitutionnels préparent un « glissement » extrêmement dangereux et une violation de la résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies et des principes de la Chartre Africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, qui entrainerait une prolongation des souffrances du peuple congolais, en vue de mieux l'assujettir et continuer à exploiter ses ressources sans redevabilité.

La solution définitive  de la RDC requiert une prise en compte holistique du mal congolais, qui passera d'abord par l'éveil de la conscience patriotique du peuple, ensuite par la refondation de l'Etat, et enfin par l’instauration d’un état de droit respectueux des droits humains et une gouvernance orientée vers la satisfaction de l’intérêt général : en bref, un changement radical de l'actuel système. Pour y arriver, l'acteur principal reste le peuple congolais qui doit s’assumer en tant que détenteur primaire de la souveraineté nationale.

J'en appelle, une fois encore, à la communauté internationale pour mettre en œuvre sa responsabilité de protéger les populations civiles au cœur de la région des Grands Lacs, où la vérité et la justice ont été sacrifiées sur l'autel de la paix que nous attendons depuis trop longtemps, car jusqu’à ce jour nous n'avons ni la paix, ni la justice. 

Ces derniers massacres commis à l’Est du Congo illustrent à suffisance, hélas, que la paix ne saurait s'obtenir au détriment de la justice.  Je me rappelle les mots écrits en 1963 par le Dr. Martin Luther King, Jr.: « Une justice trop tardive est un déni de justice ». La paix ne peut être atteinte que lorsque le respect des droits humains et des libertés fondamentales, allant de pair avec un développement économique et l’accès à l’éducation et à la justice pour tous, seront reconnus par notre gouvernement et la communauté internationale.

Dr. Denis Mukwege, PhD

 

 

 

Dr. Denis Mukwege - Palais des Nations, Geneva

Intervention du Dr Denis Mukwege au Conseil des droits de l’homme – 8 mars 2016


Mr Le Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme,
Mr Le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles,
Mme La Rapporteuse Spéciale des Nations Unies sur la question de la violence contre les femmes, ses causes et ses conséquences,
Mme La Représentante du Chef de l’Etat en RDC en charge de la lutte contre
les violences sexuelles et le recrutement des enfants soldats,

Distingués invités, en vos titres et qualités respectifs,
Mesdames, Messieurs,

Merci de nous inviter à prendre la parole à ce débat sur la violence faite aux femmes et aux enfants en situation de conflit dans cette magnifique salle du Conseil des Droits de l’Homme, en cette journée si importante des droits de la femme.

Permettez-moi de commencer en partageant avec vous une conviction intime, et un principe fondamental des droits humains: nous sommes convaincus de l’universalisme des droits de la femme. Grâce à la mobilisation des femmes de par le monde, et l’évolution du droit et des mentalités, la lutte contre les coutumes rétrogrades, les pratiques machistes et misogynes a permis de modifier le paradigme de la soumission et de la domination masculine pour tendre vers l’égalité des sexes, clef de voûte d’une société orientée vers un développement inclusif et la prospérité pour tous.

Ce matin, j’ai reçu un appel téléphonique de Bukavu, par lequel j’ai appris que plus de 3000 femmes que j’ai soignées se sont rendues à Panzi pour célébrer avec moi et mon personnel la journée de la femme. Elles sont organisées aujourd’hui en mutuelles de solidarité qui leur permet de s’organiser en véritable communauté et subvenir à leurs besoins, à être autonome. Le seul message qu’elles souhaitent vous faire parvenir est le suivant : elles demandent la paix. 

Mesdames, Messieurs,

L’objet du débat qui nous rassemble aujourd’hui vise à traiter des iolences faites aux femmes en temps de conflit, mais nous devons garder à l’esprit que les violences que nous observons en temps de guerre sont le résultat de l’exacerbation des discriminations et de violences existants dans la société en période de paix, au sein des communautés. Et, lorsque l’état de droit est en faillite et que la guerre éclate, quand il n’y a plus ni loi ni foi, le démon machiste s’exprime dans toutes ses formes, comme on l’observe aujourd’hui dans tous les conflits modernes, où les femmes et les enfants sont les premières victimes des guerres décidées entre les hommes, souvent pour des mobiles bassement économiques.

Telle est la raison pour laquelle le médecin que je suis est devenu aussi un militant pour la paix et la justice. Nous ne pouvons continuer à réparer les conséquences de la violence sans traiter ses causes profondes. 

La paix, la justice et la sécurité tant physique que juridique sont des conditions préalables pour la promotion des droits humains, mettre fin aux violences sexuelles et permettre un cadre propice au développement tant humain qu’économique.

Mesdames, Messieurs,

En République Démocratique du Congo (RDC), la population a soif de paix et de justice, après tant de générations sacrifiées et de décennies de violences commises dans un climat général d’impunité.

Dans un contexte électoral incertain et potentiellement explosif, la population est anxieuse mais vigilante. L’enjeu des élections concerne non seulement l’alternance, mais avant tout la consolidation de la société et de la démocratie au cœur du continent africain. L’enjeu de ces élections est donc de préserver notre contrat social, fruit d’un accord de paix et d’un référendum, où les Congolaises et les Congolais ont, pour la première fois dans leur histoire, exercé leurs droits politiques. En définitive, l’enjeu de ces élections semble donc résider entre deux alternatives: la paix ou le chaos. Il faut privilégier et soutenir le chemin de la paix. 

Depuis presque vingt ans, notre expérience dans le monde médical nous à amener à faire un constat amer : à chaque nouveau pic de crise sécuritaire ou d’instabilité politique, nous observons un pic dans le nombre de patientes que nous recevons à Panzi. Après avoir soigné des enfants violés, eux-mêmes nés du viol, nous ne pouvons imaginer que la cupidité d’une minorité entretenant une anarchie organisée pour se maintenir au pouvoir nous amène à devoir soigner la troisième génération de victimes ! 

C’est dans ce contexte extrêmement volatile que Mr Ban Ki-moon, Secrétaire Général des Nations Unies, lors d’une récente visite dans la région des Grands Lacs, a exprimé sa préoccupation face au rétrécissement de l’espace des libertés civiles et politiques auquel nous assistons en RDC. Tout récemment, Mr José Maria Aznar, Représentant du Haut Commissaire et Directeur du Bureau Conjoint des Nations Unies pour les Droits de l’Homme (BCNUDH), a exprimé son inquiétude face à l’instrumentalisation de la justice pour réprimer la société civile et face au harcèlement des activistes par les autorités.  Les rapports mensuels que son bureau compile démontrent ce rétrécissement de l’espace démocratique susceptible d’affecter la crédibilité du processus électoral. Les signaux d’alerte sont au rouge !

La responsabilité première incombe aux autorités congolaises et aux forces vives de la Nation, car notre destin nous appartient, mais nous ne pouvons pas concevoir qu’après tant d’années d’investissement et de présence de la communauté internationale en vue de stabiliser le pays, celle-ci puisse se permettre un retour au chaos. La **diplomatie discrète a ses limites : la situation au Burundi** l’illustre dramatiquement bien. « Mieux vaut prévenir que guérir» ! Anticiper et agir en amont, plutôt que de compter les morts, les femmes violées, les réfugiés et les déplacés. 

Nous sommes convaincus que le respect de la **liberté d’expression**, notamment des défenseurs humains et des mouvements citoyens, mais aussi de l’opposition, sont nécessaires à des élections pacifiques et crédibles.

La population est davantage consciente de ses droits, et ne pourra accepter d’être à nouveau prise en otage.

Mesdames, Messieurs,

**Tout un chacun, toute personne a le droit de promouvoir la protection et la réalisation des droits de l’homme**. Ainsi, les citoyens qui expriment des critiques constructives pour favoriser l’émergence d’un changement attendu par tous en participant à des débats d’intérêt généraux sont des patriotes, et il est inadmissible qu’ils soient parfois traités de terroristes et poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat ! Nous pensons bien évidemment aux jeunes de LUCHA, mais aussi à tous les défenseurs des droits humains intimidés au quotidien.

Dans un pays où Mr Scott Campbell, l’ancien Directeur du BCNUDH a été déclaré persona non grata, où un diplomate américain s’est fait arrêté, où le droit à manifester pacifiquement est réprimé par un usage disproportionné de la force, où les arrestations arbitraires et détentions illégales sont légions et où une **justice partiale sous le joug de l’exécutif condamne des innocents, l’état de droit et la démocratie sont en en danger**. Et les droits de la femme seront encore plus fragilisés. 

Nous l’avons expliqué : la demande de justice est de plus en plus grande au sein de la population, mais que penser de l’offre de justice ? A-t-elle la capacité et la volonté de remplir le rôle qui lui est attribué ?

En temps de paix, il est déjà très difficile pour les femmes de recourir a la justice par crainte des représailles et d’être stigmatisée, et ainsi subir un traumatisme encore plus profond. En période de conflit, il est encore beaucoup plus compliqué pour les victimes de réunir les éléments de preuves pour constituer une plainte, et cette complexité judiciaire s’associe trop souvent au déni du pouvoir, surtout lorsque celui-ci est l’un des belligérants.

L’ensemble de ces conditions engendre un climat favorable à l’impunité, qui bénéficie aux bourreaux et perpétue la violence dans la société, même en période de post-conflit.

Mesdames, Messieurs,

Six ans après la publication du « Rapport du projet Mapping concernant les
violations les plus graves des droits de l’homme et droit international humanitaire commises entre mars 1993 et juin 2003 sur le territoire de la RDC », nous pensons que le temps est venu pour mettre en œuvre ses recommandations, et d’avoir **recours à tous les mécanismes de la justice transitionnelle pour éviter la répétition de ces crimes qui choquent la conscience de l’humanité **: (1) poursuites juridictionnelles, (2) mécanismes de réparation, (3) assainissement des forces de sécurité, (4) mécanismes d’établissement de la vérité et pour la réconciliation. 

(1) Nous savons que la Cour Pénale Internationale n’a vocation à s’occuper que des crimes  les plus graves depuis l’entrée en vigueur du Statut de Rome le 1er  juillet 2012. Elle n’a pas vocation à se substituer à la justice nationale même si nous soutenons ses efforts de lutte contre l’impunité, en Afrique et partout dans le monde. 

Nous pensons donc d’abord à **l’établissement d’une Tribunal Pénal International pour la RDC**, avec une compétence temporelle qui remonterait en 1993, et un mandat qui engloberait la dimension régionale du conflit. A défaut, nous avions été encouragés en 2013 par la promesse faite par le Président Kabila d’établir des **Chambres Mixtes ou spécialisées** « *pour que justice soit rendue au peuple Congolais *». Le peuple congolais attend toujours que justice soit rendue…

(2) J’ai participé en 2010 à un Panel d’Expert sur les mécanismes de réparation pour les victimes de violences sexuelles, qui était présidé par Me Kyung-wha Kang, actuelle Assistante du Secrétaire Général aux Affaires humanitaires, et à l’époque Haute Commissaire adjointe aux droits de l’homme, et nous avions préconisé la création d’un **Fonds d’indemnisation** pour les victimes de crimes à caractère sexuel, avec un accent particulier sur les cas où les auteurs ont été condamnés in solidum avec les autorités de l'Etat, et dans les cas où les auteurs sont inconnus ou insolvables. Nous continuons à plaider pour la création d’un tel Fonds de réparation, qui demandera non seulement le soutien de la communauté internationale mais aussi la **volonté politique** de l’Etat congolais. 

Une telle volonté politique pourrait aussi amener le Chef de l’Etat à présenter des **excuses publiques au nom de la Nation** à toutes les femmes qui ont été victimes de violences sexuelles commises par les forces de sécurités congolaises. De nombreuses femmes réclamaient cette mesure symbolique lors des centaines d’auditions de victimes que nous avions écoutées avec le Panel mandaté par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme. 

(3) Nous continuons également à effectuer un plaidoyer pour une véritable **réforme du secteur de la sécurité**, car trop longtemps des accords politiques ont favorisé l’intégration de l’indiscipline dans les forces de sécurité. Ceux qui ont commis des atrocités de masse n’ont pas vocation à devenir les protecteurs des citoyens et de la Nation ! Il est **temps d’assainir nos services publics** et nos institutions !

Par ailleurs, nous savons que les bourreaux ont été bien souvent aussi des victimes et nous pensons que les programmes de Désarmement Démobilisation Réinstallation (DDR) doivent être accompagnés d’une prise en charge de la santé mentale des démobilisés et de projets inclusifs basés sur les besoins des communautés affectées. Il ne s’agit pas juste de désarmer les anciens combattants, il s’agit aussi de désarmer leurs esprits et de reconstruire le pays. Des programmes de **prise en charge de la santé mentale pour les démobilisés** constitueraient l’une des pistes de solution pour enrayer le phénomène de propagation de viol commis entre civils. Les anciens démobilisés mal pris en charge et non correctement réinsérés dans la société sont la seule explication qui nous permet de comprendre le phénomène récent que nous traitons à Panzi depuis quelques années, à savoir le viol commis avec extrême violence sur des bébés et des enfants en bas âge. 

(4) Enfin, nous pensons qu’après des décennies de déni, le temps est venu pour mettre en place des **mécanismes d’établissement de la vérité et pour la réconciliation**, afin que nos enfants ne se voient pas privés de la mémoire de leurs parents et donc de leur identité, et puissent construire ensemble des lendemains meilleurs. 

Mesdames, Messieurs,

Le 6 octobre 2016, nous commémorerons le vingtième anniversaire du début de la guerre du Congo, qui a commencé à Lemera, dans la Province du Sud Kivu, dans l’hôpital où plus de 30 de mes patients et des membres du personnel soignant ont été sauvagement massacrés. Nous invitons les autorités de la RDC à soutenir **l’édification de mémoriaux** sur les fosses communes de nos sœurs et de nos frères frappés par la barbarie humaine. 

Allez vous promener dans les rues de Sarajevo, et vous ne cesserez de voir des plaques commémoratives partout. Où sont-elles en RDC ? Où est le respect dû à nos morts ? Comment transmettre des valeurs à nos enfants quand l’histoire est manipulée ? Nous espérons ne pas devoir attendre encore vingt ans avant que nos enfants n’étudient cette date à l’école.

Je terminerai ma prise de parole en souhaitant une belle journée à toutes les Mamans, à toutes les jeunes filles, à toutes les femmes, et en invitant au niveau global la communauté internationale à dresser une ligne rouge contre l’usage du viol comme arme de guerre et au niveau local en exhortant tous les pères, tous les garçons et tous les hommes à se mobiliser pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Je vous remercie pour votre attention.

Dr Denis Mukwege
Genève, 8 mars 2016

Dr. Denis Mukwege – Grandes Conférences Catholiques

Le modèle d’assistance holistique de Panzi, de la prise en charge médicale jusqu’à rendre la femme autonome

Excellences Messieurs les Ministres d’Etat, 
Excellence Monsieur l’Ambassadeur du Royaume de Belgique pour la région des Grands Lacs,
Monsieur le Président des Grandes Conférences Catholiques,
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs,
 
Je vous remercie de m’inviter ce soir pour parler de notre travail mené à Panzi depuis plus de quinze ans.

Vous avez la réputation d’être animés d’un esprit d’ouverture, de curiosité et de liberté de pensée. Et pour vous faire une opinion sur un sujet donné, vous ne vous contentez pas d’information de seconde main, susceptible d’être altérée ou déformée, vous préférez chercher votre information à la source.
 
Cette attitude noble nous rend heureux - heureux d’avoir la parole, mais surtout heureux d’être écouté ce soir.
 
Il y a quelques années, en voyageant dans le métro bruxellois, j’ai été frappé par une accroche d’une campagne de sensibilisation du Centre de prévention du suicide qui disait ceci : « Un homme existe lorsque sa voix est écoutée ». Cette phrase, qui m’a profondément bouleversé, m’a très vite plongé dans la réalité du drame que vivent les femmes congolaises à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).
 
Depuis vingt ans, la mort et l’horreur sévissent dans les Kivus. Vingt années de massacres et de viols ont engendré six millions de morts, près de deux millions déplacés et des centaines de milliers de femmes violées, avec son lot d’orphelins, d’enfants soldats, d’enfants issus de viol et de destins détruits. Aucune famille n’a été épargnée. Notre société est traumatisée et malade de la guerre et de la violence, de la corruption et de l’impunité, de la manipulation et du mensonge.
Pour des raisons de géopolitiques régionales et internationales, et alors que les auteurs de ces atrocités de masse ont été identifiés, peu a été fait pour que la justice soit rendue.
 
Ces millions de victimes dont la vie a été brisée, des familles décimés et des corps féminins détruits à jamais, n’ont pas le sentiment d’être écoutés.
 
Elles n’ont pas le sentiment d’être écoutées, ni par les autorités nationales qui sont censées les protéger, ni par les instances internationales qui, pourtant, se sont dotées d’instruments juridiques pour poursuivre et condamner de telles violations des droits de l’homme et du droit humanitaire.

«  Un homme existe lorsque sa voix est écoutée ».
 
C’est si et seulement si nous sommes écoutés, que nous aurons le sentiment d’exister et de partager une humanité commune.
 
Au cœur de l’Afrique, se trouve le Congo, un géant malade. La complexité du monde actuel fait qu’il ne peut pas s’en sortir seul. Son redressement est possible - il peut même être plus rapide que ce que l’on pourrait imaginer, mais cela ne pourra se produire que par un passage obligé de restauration de la vérité sur l’origine de cette violence qui a ravagé le pays, ses motifs, ses objectifs, et à qui profite ces massacres.
 
Si j’ai accepté avec beaucoup d’humilité l’invitation à prendre la parole à cette prestigieuse tribune, c’est parce que je suis convaincu que mes propos trouveront une écoute juste, compatissante et agissante.
 
Je suis convaincu que non seulement il y a parmi vous des gens qui aiment le Congo, mais aussi que certains d’entre vous sont nés au Congo-Belge, comme moi d’ailleurs, et qu’ainsi, dans votre sang coule quelques anticorps de notre forêt tropicale, et votre mémoire profonde vous rappelle le parfum de ces essences rares évoquant la douceur équatoriale.
 
Je suis surtout convaincu que vous êtes tous des « amis de l’humanité » et des optimistes quant à la capacité qui est en l’Homme de vaincre toute adversité. Aussi, avec vous, je rêve d’un avenir meilleur pour tous les Congolais !
 
A l’occasion de cette conférence, je vais commencer par une brève introduction sur le phénomène des violences sexuelles (I), pour ensuite exposer ce que l’on entend par l’usage du viol comme arme de guerre, et analyser son impact et ses conséquences (II). Nous vous présenterons ensuite « Le modèle d’assistance holistique de Panzi, de la prise en charge médicale jusqu’à rendre la femme autonome » (III) et avant de conclure (V), je partagerai quelques éléments de notre plaidoyer pour traiter les causes profondes de la violence (IV). 
 
**I. Introduction. Les violences sexuelles : un problème de santé publique et une violation majeure des droits de la femme. Une affaire de tous !**
 
La violence contre les femmes et les jeunes filles prend des formes multiples, et ces violences ne connaissent pas de barrières culturelles, sociales ou économiques. Elles nous concernent tous !
 
Elles englobent des coutumes rétrogrades, des normes sociales, des pratiques misogynes et discriminatoires, qui vont de la violence conjugale et domestique au harcèlement en milieu estudiantin, sur les lieux de travail ou dans les transports en commun, en passant par le mariage forcé d’enfants et le statut de la femme divorcée ou veuve, le trafic des êtres humains, les soi-disant «crimes d'honneur» et le viol.

La violence contre les femmes et les enfants est non seulement une violation grave des droits de la femme, et donc des droits de l’Homme, mais aussi une épidémie de santé publique et un obstacle à la résolution des défis globaux tels que l’extrême pauvreté, le VIH/SIDA et la gestion des conflits.
 
Cette violence dévaste les vies de millions de femmes dans les sociétés en conflit et en sortie de conflit, mais aussi en temps de paix.
 
Selon l’Organisation des Nations Unies, une femme sur trois dans le monde a été ou sera victime de violence physique ou sexuelle. Dans certaines régions du monde, des études avancent que 70 à 80% des femmes ont subi ou subiront ces violences.
 
Au sein de l’Union Européenne, 45 à 55% des femmes sont victimes de harcèlement sexuel depuis l’âge de 14 ans.
 
En Belgique, selon la revue Actualités du droit belge, 2882 viols ont été enregistrés en 2014. Cela représente 8 cas par jour.
 
Et partout, en Europe, en Afrique ou en Asie, ces chiffres ne constituent que la face émergée de l’iceberg, car partout, la honte, le silence, la stigmatisation, la peur de représailles empêchent trop souvent les femmes de porter plainte. Et lorsqu’elles ont le courage de le faire, la plupart font l’objet de la risée de ceux qui sont censés les protéger et leur rendre justice. Dans de nombreux cas, elles seront poursuivies elles-mêmes, pénalisant ainsi les victimes à la place de leurs bourreaux pour des infractions aussi surréalistes que le délit d’absence de vertu ou de provocation à la débauche ! 
 
Je partage ces quelques chiffres pour éclairer l’auditoire sur l’ampleur du phénomène qui nous rassemble aujourd’hui. Même si je n’aime pas les statistiques car je suis en bonne position pour vous dire à quel point derrière chaque chiffre se cachent des actes déshumanisants provoquant une souffrance et un traumatisme qui laissent des empreintes souvent indélébiles, pour la vie, dans la chair et les entrailles des victimes.
 
En 2015, la recrudescence des violences faites aux femmes, quelles que soient leurs types, constituent un recul révoltant de notre civilisation, et une régression de l’un des plus grands progrès du XXe siècle. Ces cents dernières années, les femmes se sont soulevées de par le monde pour recouvrer leurs droits, souvent avec succès, modifiant le paradigme de la soumission et de la domination masculine pour tendre vers l’égalité des sexes, clef de voûte d’une société orientée vers un développement inclusif et la prospérité pour tous.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Les violences que nous observons en temps de guerre sont le résultat de l’exacerbation des discriminations et de violences existants dans la société en période de paix, au sein des communautés. Et, lorsque l’état de droit est en faillite et que la guerre éclate, quand il n’y a plus ni loi ni foi, le démon machiste s’exprime dans toutes ses formes, comme on l’observe aujourd’hui avec effroi dans tous les conflits modernes, où les femmes et les enfants sont les premières victimes des guerres décidées entre les hommes, souvent pour des mobiles bassement économiques. 
 
En effet, au mépris des principes élémentaires du droit international humanitaire, les femmes et les enfants sont devenus de plus en plus les cibles privilégiées des combattants pour désorganiser les communautés adverses et les assujettir. En Bosnie, au Rwanda et au Soudan, le viol a été utilisé comme une technique de nettoyage ethnique. Au Nigeria, en Irak, en Syrie, la vente des femmes sur des marchés d’esclaves fait la honte de la communauté internationale et nous interpelle.
 
Quel recul au XXIe siècle vers la triste mémoire de l’esclavagisme et de la traite des êtres humains !
 
**II. Le viol comme arme de guerre : une arme de destruction massive, d’humiliation et de domination. Impact et conséquences**

Les viols et les violences sexuelles sont utilisés comme une arme de guerre, plus qu’une arme de guerre : une stratégie, une tactique de guerre.
 
Le viol en temps de conflit ne doit pas être confondu avec un acte sexuel non consenti et humiliant - dont je ne veux en aucune manière amoindrir la gravité.  Le viol comme arme de guerre est une négation de l’humanité, dans un rapport de force où l’autre s’apparente à une chose.  Le viol comme stratégie de guerre nie la qualité d’être humain de la victime, mais vise aussi la destruction de la femme, de la famille, de toute une communauté.  
 
A l’Est de la RDC, le viol utilisé comme une stratégie de guerre se caractérise par le fait qu’il est massif (1), méthodique (2) et systématique (3).
 
**1.    Massif:** en moins de 24h, des dizaines voire des centaines de femmes et de jeunes filles sont violées dans un village, en public, sous les yeux de leur famille, dont les pères, les maris, les frères et les fils sont parfois acculés à commettre des actes horribles sur celles qu’ils chérissent le plus : leurs filles, leurs femmes, leur sœurs. Le fait que ces viols soient commis en public occasionne des victimes directes et indirectes, amplifiant ainsi le nombre des victimes. 

Mesdames, Messieurs,

C’est ce qui est arrivé, parmi de trop nombreux exemples, à Fizi, dans la Province du Sud Kivu, au bord du lac Tanganyika, lors de la nuit de la Saint Sylvestre, en 2011. Le Lieutenant Colonel Mutuare Daniel Kibibi avait ordonné à ses hommes de piller le village de Fizi, et de violer les femmes et les jeunes filles la nuit du Nouvel An. Les médecins qui sont ensuite intervenus sur place ont dû soigner 62 femmes qui avaient été violées avec extrême violence. Lors du procès où ce haut gradé de l’armée congolaise, auteur et commanditaire de viols de masse, a été reconnu coupable de quatre chefs de crimes contre l'humanité et condamné à 20 ans de prison, une femme aux cheveux blancs a confié avoir été battue et violée par 12 soldats, par voies vaginale et anale, sous les yeux de son mari et de leurs enfants. 

Ce procès fait figure d’exception dans le climat d’impunité qui prévaut en RDC.

**2.    Méthodique: **Ce viol est méthodique car, chaque groupe armé a son propre mode opératoire. De sorte que l’on peut distinguer clairement quelle lésion a été commise par quel groupe, qui laisse sa signature sur le corps des victimes. Il s’accompagne de tortures et de nombreuses victimes deviennent des esclaves sexuels. 
 
**3.    Systématique:** Il ne tient ni compte de l’âge ni du sexe. Le viol est commis aussi bien sur des bébés que sur des personnes âgées, et même si les femmes constituent l’écrasante majorité des victimes directes de ces atrocités, des hommes font également l’objet de violences sexuelles.
 
Nous sommes amenés à faire un constat face à ces crimes sexuels commis à grande échelle sur la population civile : ces crimes sont planifiés, comme dans le cas de Fizi, et font l’objet d’instructions de supérieurs hiérarchiques – de forces gouvernementales ou autres groupes armés non étatiques contrôlant un territoire donné. On recense aujourd’hui plus de 70 groupes armés à l’Est du Congo, dont les deux principaux sont les FDLR, milice déstabilisant les deux Kivus depuis la gestion catastrophique de la fin du génocide au Rwanda en 1994, et les ADF-Nalu, groupe armé d’origine ougandaise affiliée au mouvement djihadiste al-Shabaab, qui s’est encore distingué la semaine dernière par le massacre de civils dans un hôpital au Nord Kivu, dans le Territoire de Beni. 

Le Représentant du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, Mr. Maman Sidikou, a condamné ces lâches attaques lors d’une visite de solidarité.  Il a déclaré sur place : « Vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai vécu personnellement parce qu’ils ont tué des gens sur le lit de l’hôpital. Ils ont tué des enfants de deux ans. Ils ont tué une infirmière à bout portant. Ils ont brûlé, saccagé, ils ont emporté les médicaments». J’avais vécu la même chose en octobre 1996 à l’Hôpital de Lemera, où 33 de mes patients ont été assassinés sauvagement, ainsi que plusieurs membres du personnel soignant. Cette violation grave du droit international humanitaire était le premier acte de guerre au Congo, et est resté impuni jusqu’à ce jour.

Ces atrocités de masse devraient retenir toute l’attention de la justice congolaise et, à défaut de capacité ou de volonté, de la justice pénale internationale.  
 
Car cette nouvelle arme, cette nouvelle stratégie de guerre est non seulement moins chère que les armes classiques mais aussi extrêmement efficace, puisqu’elle produit les mêmes impacts, à savoir : le déplacement massif de la population (1), la réduction démographique (2), la destruction du tissu social (3), et la destruction des capacités économiques des communautés affectées (4).
 
1.    Le déplacement massif de la population est provoqué par la terreur de ces viols qui sont dans la grande majorité des cas collectifs et publics, et souvent accompagnés d’actes de tortures sur le corps des femmes. Les victimes sont ensuite rejetées par leur communauté, et les hommes, n’ayant pas été capables de protéger leur famille, quittent leur village dans la honte pour chercher l’anonymat. Pour chercher la sécurité, les femmes et les enfants sont aussi acculés à quitter leurs campagnes. Ce phénomène entraine un exode massif des populations rurales vers les centres urbains, laissant le champ libre aux milices pour contrôler le territoire, et s’accaparer les ressources naturelles stratégiques dont regorgent l’Est de la RDC.

2.    La réduction démographique est conséquente de trois facteurs : la destruction de l’appareil de reproduction de la femme par différents types d’outils ou de produits et même des brulures ; la contamination des IST (infections sexuellement transmissibles) provoquant l’infertilité - spécialement le Clamydia et la Gonorrhée ; et enfin la contamination par le VIH/SIDA, qui fait des femmes les réservoirs du virus, et entraînent la mort douce de la communauté.

3.    La destruction du tissu social par les actes d’humiliation et de déshumanisation conduit à la perte de l’estime de soi et de l’identité individuelle et collective, aboutissant à la destruction de la cohésion communautaire, qui est exacerbée par les enfants nés du viol, dont la filiation est rarement établie, et qui sont rejetés par leur communauté, qui les traitent d’ « enfants serpents », et qui constituent une nouvelle génération d’apatrides avec un potentiel élevé de perpétrer des violences cycliques. 

4.    La destruction des capacités économiques des communautés affectées est la conséquence du pillage de leurs biens et de leur récolte, de la destruction de leurs maisons, et du pillage et de l’exploitation illégale des ressources naturelles et minières par les milices et les « seigneurs de guerre ».

Ces quatre impacts concourent à plonger les communautés affectées dans un état de pauvreté extrême, à la destruction de la cohésion sociale, à l’incapacité organisationnelle et ne laisse pas d’autres choix à la population que de s’exiler ou de s’assujettir. 

**III. Le modèle d’assistance holistique de Panzi**

Mesdames, Messieurs,

Lors de la fondation de l’Hôpital en 1999, notre objectif était de contribuer à réduire la mortalité maternelle et d’améliorer les soins obstétricaux d’urgence aux femmes enceintes de la périphérie de la ville de Bukavu, la capitale de la Province du Sud Kivu, à l’Est de la RDC. Mais dans un contexte de conflits armés, nos premières patientes ne sont pas arrivées pour recevoir une césarienne, mais plutôt pour se faire soigner des blessures génitales liées au viol.
 
Nous avions dans un premier temps pensé qu’il s’agissait d’un acte isolé et, très vite, le nombre de femmes victimes de viols commis avec extrême violence a afflué vers Panzi. Par conséquent, le besoin d’apporter un soutien spécifique à ces femmes survivantes de violence sexuelle était devenu pressant et évident.

Depuis sa création et au fil des années, le personnel de l’Hôpital de Panzi a donc été amené à se spécialiser dans la chirurgie réparatrice, et nous avons développé un modèle d’assistance holistique qui comprend 4 piliers, et où la santé globale des femmes est au cœur de notre attention.
 
Depuis 2008, grâce à la création de la Fondation Panzi RDC qui nous a permis d’élargir nos activités et nos zones d’interventions pour compléter les activités de l’Hôpital et inclure la prise en charge individuelle (1) dans le soutien plus général au relèvement communautaire (2).
 
**1.    La prise en charge au niveau individuel**

Le pilier médico-chirurgical constitue fréquemment la porte d’entrée des patientes dans le système de prise en charge. Elles arrivent avec des lésions génitales mais aussi des troubles psychologiques qui nécessitent avant et après l’intervention chirurgicale une prise en charge psycho-sociale, qui est notre deuxième pilier.
 
Pour permettre une autonomisation des victimes après le traitement, nous offrons une assistance socio-économique – le troisième pilier - et pour celles qui le demandent, nous les accompagnons devant les Cours et Tribunaux, dans le cadre de notre quatrième pilier qui est l’assistance légale.
 
Permettez-moi d’approfondir les quatre volets de cette assistance holistique : le volet médical (1),  psychologique (2), socio-économique (3) et  légal (4).
 
Les soins physiques offerts aux patientes prennent en considération leur situation complète de santé et vise à répondre aux besoins spécifiques de chaque personne. Cette prise en charge médicale personnalisée consiste en premier lieu par des efforts de prévention : si la victime se présente endéans les 72 heures - le délai idéal pour prévenir le risque de contracter le VIH/SIDA, les infections sexuellement transmissibles (IST) et la grossesse non désirée, nous proposons l’administration du kit PEP (prophylaxie post-exposition).

Après 72h, nous assurons le traitement des IST, ainsi que la prise en charge des patientes atteintes du VIH/SIDA, et nous apportons la meilleure réponse chirurgicale possible pour réparer les organes génitaux et les fistules, notamment en ayant recours à la laparoscopie.
 
Au même moment, la prise en charge psychologique est dispensée, et constitue une phase importante des soins prodigués aux femmes survivantes de violences sexuelles.
 
Lorsque les patientes se portent mieux sur le plan physique et psychologique, nous les accompagnons à la maison d’accueil et de transit « Dorcas » et/ou à la « Cité de la Joie », où se poursuit la réhabilitation avec l’encadrement psychologique et le renforcement des capacités visant à l’autonomisation des femmes sur le plan social, économique et politique.

A la « Maison Dorcas », les femmes et leurs dépendants sont hébergés pour une durée indéterminée – en moyenne 3 mois, en fonction de la gravité de leur traumatisme et de leur situation personnelle et familiale. Nous leur offrons des cours d’alphabétisation, des formations d’apprentissage de métiers divers comme la vannerie, la savonnerie, la coupe et couture, etc. Nous couvrons les frais de scolarité des enfants qui ont été victimes directement ou indirectement et animons une crèche et une aire de jeux pour eux. Tout récemment, en juillet 2015, nous avons monté un studio dans le cadre de la musicothérapie, et une première chanson a été écrite et composée par des femmes survivantes. Le titre de cette chanson est : « Parce Que J’ai Mal ».

A la « Cité de la Joie », l’un des projets de la Fondation Panzi RDC, des jeunes femmes âgées de 15 à 25 ans sont accueillies pour une période de six mois. Dans une atmosphère chaleureuse et communautaire, les participantes suivent différents programmes et activités visant la dé-traumatisation : prise de parole en public, apprentissage du fonctionnement du corps, des outils de communication moderne comme l’informatique et l’anglais, ou d’autres activités visant à permettre aux femmes victimes de regagner la confiance en elles, telles que l’ergothérapie, la danse ou le self-défense.
 
Enfin, notre programme « Un toit pour les survivantes » offre aux femmes l’occasion de se construire leur propre toit. J’ai le plaisir de partager avec vous le témoignage d’une de mes anciennes patientes, Espérance, je cite : « Aujourd’hui, je ne suis plus la risée des voisins, je m’habille et nourris mes enfants du petit commerce reçu de la Maison Dorcas, mes enfants étudient, je n’ai plus de chocs psychologiques (…), et j’habite une maison décente, j’ai récupéré ma dignité ». Il s’agit d’une véritable révolution dans la société africaine où l’accès à la propriété a depuis toujours été réservé aux hommes. Et Espérance ajoute : « Si un homme veut vivre avec moi, il vient vivre chez moi, et si un jour il désire partir, je reste chez moi et pas le contraire ! Je ne serai plus chassée ».
  
Sur le plan socio-économique, nos bénéficiaires sont insérées dans des programmes de micro-crédits et nos activités consistent également à renforcer leurs capacités afin de permettre aux femmes d’accéder aux nouveaux marchés, et de leur donner des profils professionnels correspondant à ces marchés, ou en initiant diverses activités génératrices de revenus pour permettre leur survie et pour assurer l’éducation de leurs enfants. 

Mesdames, Messieurs,

Je suis touché de partager avec vous l’histoire d’une femme qui m’a fort bouleversé. Après avoir été violée et contaminée par le VIH, devenue veuve suite à l’assassinat de son mari, Rose va être prise en charge par l’Hôpital pour le traitement du Sida. A son admission, cette femme adulte pesait à peine 30 kilos, et son pronostic vital était en jeu. Elle était hantée par la mort, angoissée à l’idée de laisser ses enfants orphelins de père et de mère. Après avoir été entourée d’amour et de soins appropriés, elle a repris doucement. 

A la sortie de l’Hôpital, elle a été insérée dans un programme de coupe et couture et d’agriculture. Au bout de 5 ans, Rose est venue nous présenter à Panzi ses enfants qui sont désormais scolarisés ; elle a pu s’acheter sa maison grâce à la vente de boutures de manioc, et elle évalua, avec un sourire de satisfaction au bout des lèvres, son capital à 10.000$, alors que le micro-crédit qu’elle avait reçu s’élevait à 50$ !   Quelle résilience, quelle force !
  
Pour compléter notre prise en charge et restaurer complètement la dignité des patientes, la clinique juridique de Panzi offre aux femmes qui le désirent et qui le demandent l’assistance légale, qui comprend la constitution du dossier, les frais de représentation et d’accompagnement tout au long de la procédure par les huit avocats de la clinique juridique. Au delà de faciliter l’accès à la justice, nous attachons un intérêt particulier à veiller à l’exécution des décisions judicaires, qui permet une réparation par la justice. Même si à ce jour, l’exécution des jugements demeure extrêmement rare,  l’objectif reste de parvenir aux réparations individuelles et communautaires.    
  
Notre stratégie vise à transformer la souffrance en force, transformer la peine en pouvoir, et d’outiller les femmes pour développer leur capacité à devenir autonomes à leur sortie. Une prise en charge holistique aide les femmes à reprendre confiance et l’estime d’elles-mêmes. De plus, nous constatons avec satisfaction que beaucoup de femmes, après quelques semaines ou mois de traitement, d’accompagnement et de renforcement de capacités, deviennent de véritables activistes des droits de la femme, protégeant non seulement leurs droits, mais aussi ceux de leurs enfants et de leurs communautés, faisant d’elles de véritables leaders dans leur milieu.
  
Le modèle d’assistance holistique développé à Panzi a commencé à être dupliqué, sous forme de « One stop center » ou de « Guichet unique » dont l’objectif est d’intégrer tous les besoins liés à la santé de la femme dans sa globalité au sein du système de soins de santé primaires, afin d’offrir aux femmes et aux jeunes filles un paquet de santé complet, accompagné par un système interne de référencement vers tous les services dont une femme peut avoir besoin, tant au niveau médical, que psychologique, socio-économique ou légal en assurant la non stigmatisation des victimes de violences sexuelles.

Nous devons éviter aux femmes victimes de violences et de traumatismes de revivre leur vécu douloureux auprès de chaque service de prise en charge. Face à la violence, nous devons répondre par l’humanité. Un système de santé avec une assistance holistique pour les femmes ayant subi toutes sortes de violences se doit d’apporter tant un accueil qu’une réponse personnalisée, de qualité et globale, en tenant en compte de tous les besoins de l’individu, et en cherchant à prévenir la re-traumatisation. C’est ce que nous nous efforcerons de faire à Panzi.

A l’heure actuelle, nous avons déjà répliqué en zone rurale ce modèle où les femmes trouvent donc au même endroit tous les services comprenant aussi bien les paquets de la protection maternelle et infantile, la consultation prénatale, l’accouchement, le planning familial, la consultation post natale ainsi que le paquet de violence sexuelle et basée sur le genre (SGBV).

La plus-value de notre système est sa vocation à insérer la santé mentale dans le système de santé de soins primaires existants et nous encourageons vivement tous les partenaires de la coopération au développement à insérer la santé mentale dans les services de soins santé primaire et à soutenir une approche holistique du traitement du trauma.
 
**2.    La prise en charge au niveau communautaire**

 La prise en charge ne peut se limiter à l’assistance individuelle.
 
Une fois que les femmes victimes de violence sexuelle sont traitées sur le plan individuel, il est important de prendre en charge la communauté qui est appelée à les accueillir pour éviter de nouveaux traumatismes souvent liés au rejet dus aux normes sociales, souvent rétrogrades.

Je tiens à partager avec vous l’histoire d’une femme appelée Immaculée, violée collectivement par des groupes armés, ayant fait l’objet de tortures et autres traitements inhumains et dégradants, qui est venue chercher secours et assistance à Panzi. Nous avons fait tout ce dont nous sommes capables pour lui venir en aide, autant sur plan médical que psychologique et humain. Et elle était guérie, mais avait peur du monde extérieur. Le jour prévu de sa sortie de l’Hôpital, je lui ai dit : « Courage et bonne chance, nous sommes ensemble ». Trois ans plus tard, cette femme est revenue à Panzi. Elle avait été à nouveau violée avec une violence extrême, et cette fois-ci, ma patiente se retrouvait enceinte et contaminée par le virus du VIH/SIDA. Ces situations, extrêmement lourdes et pénibles tant sur le plan humain que médical, ne pouvait rester sans réponses.

Telle est la raison pour laquelle nous nous sommes investis dans l’accompagnement des femmes après leur prise en charge au niveau de l’Hôpital et de la Fondation, et que nous nous sommes engagés dans des programmes de relèvement communautaire, en vue de contribuer à l’établissement d’un environnement favorable à la réinsertion des femmes victimes dans leurs communautés d’origine, souvent enclines à les stigmatiser.

Il faut rétablir l’identité communautaire en redéfinissant le rôle de chaque membre. Les sensibiliser pour qu’ils réintègrent la responsabilité de protection et de soutien mutuel.  Dans ce même registre, nous faisons des campagnes pour rompre le silence, car le silence après le viol est un mode de pérennisation du viol au sein des communautés affectées, mais aussi dans l’ensemble de la société.

Nous menons également des formations des para-juristes dans les villages qui sensibilisent les populations locales et qui soutiennent, orientent et conseillent les femmes victimes de violence sexuelle. Ce travail se fait en partenariat avec le monde associatif et les organisations de défense des droits humains, les Eglises et les leaders coutumiers.
Sur le plan social, avec nos équipes et en collaboration avec nos partenaires, nous faisons la médiation familiale entre époux et épouses mais aussi entre membres de la famille. Même si parfois, on arrive à un succès au travers de la réconciliation à l’échelle familiale, il faut aussi que la famille soit acceptée par la communauté. 

Sous la contrainte des armes, il arrive parfois qu’un enfant d’une famille soit forcé à violer un membre de sa famille ou un voisin… cet enfant est alors rejeté par tout le monde, ce qui est le but recherché par ceux qui commettent de tels viols. Il faut donc une réconciliation tant horizontale que verticale.

Les enfants issus du viol sont innocents, mais sans une filiation bien établie au sein de la communauté, ils ne sont donc pas toujours acceptés, ni inscrits à l’état civil, parce que le père est inconnu ou la famille ne veut donner son nom à une enfant né de l’ennemi. Nos services de maternité et les autorités ont étroitement collaboré dans le cadre de campagnes menées pour qu’ils soient inscrits au registre de l’état civil. Mais ceux qui sont nés avant sont abandonnés à eux-mêmes et sont des apatrides. 

C’est seulement par le changement des comportements et des normes sociales de toute la communauté envers les victimes qu’il peut y avoir une acceptation sociale de l’enfant et endiguer ce sentiment de culpabilité. L’ensemble de ces actions vise à reconstruire le tissu social déchiré par ces viols. C’est la seule façon de réintroduire les victimes dans une société où elles seront acceptées et accueillies.

Pour retisser les liens communautaires, nous initions beaucoup d’activités agricoles et d’élevages en solidarité communautaire, et nous avons également mis en place des mutuelles de solidarité et des « associations villageoise d’épargne et de crédit ». Toutes ces activités augmentent non seulement la capacité économique des communautés détruites, mais aussi recréent une cohésion sociale et une capacité organisationnelle.

Pour finir, on ne peut pas reconstruire le tissu social seulement avec les femmes. Ainsi, nous avons crée un mouvement l’hommes engagés pour lutter contre les violences faites aux femmes, les V-MEN Congo, car les violations des droits de la femme ne sont pas que l’affaire des mouvements féministes, et doivent susciter une mobilisation de l’ensemble de la société.

**IV. Notre plaidoyer pour traiter les causes de la violence**
 
Mesdames, Messieurs,
 
Le jour où nous avons constaté avec horreur que les enfants nés du viol étaient à leur tour devenus les victimes des bourreaux de leur mère, sacrifiant une nouvelle génération de victimes, nous avons compris que notre rôle ne pouvait se limiter à la salle d’opération.
 
En tant que professionnels de la santé, et face à une indifférence voire un déni qui a trop longtemps prévalu face aux drames vécus par les femmes congolaises, nous nous sommes engagés dans un plaidoyer pour la paix et la justice, parce que nous ne pouvons pas seulement continuer jour après jour à traiter les conséquences de la violence, nous devons également nous attaquer à ses causes profondes et empêcher la répétition.
 
Pour mettre un terme aux violences sexuelles en période de conflits, il faut d’abord la paix. Et ensuite lutter contre l’impunité pour les crimes à caractère sexuel.
 
Trop souvent en RDC, la justice a été sacrifiée sur l'autel de la paix avec des accords politiques à court terme qui portaient en eux les germes de nouveaux conflits, avec son lot d’atrocités de masse et de violences sexuelles.
 
En fin de compte, la population congolaise n’a ni la justice, ni la paix car la politique de promouvoir des criminels au sein des institutions ne peut pas être un mécanisme de règlement pour une paix durable, ni pour l’instauration d’un état de droit respectueux des libertés fondamentales.
 
Nous sommes convaincus de la nécessité d’avoir recours à tous les mécanismes qu’offre la justice transitionnelle pour parvenir à la consolidation de la société et la stabilité en RDC.
 
Il ne peut y avoir de paix ni de développement durable sans respect des droits humains, sans assainissement de la fonction publique – vetting – et une profonde réforme du secteur de la sécurité, sans mécanisme d’établissement de la vérité en vue de la réconciliation, sans réparation pour les violences faites aux femmes et aux communautés affectées, sans l’édification de mémoriaux destinés à honorer les millions de morts et les centaines de milliers de femmes violées durant ces vingt dernières années de conflits et d’instabilité à l’Est de la RDC.
 
La lutte contre l’impunité des crimes les plus graves, y compris les crimes de violence sexuelle, est une priorité et doit être placée au cœur du processus de paix et de la transition démocratique.
 
En RDC, nous attendons toujours l’établissement d’un tribunal pénal international et/ou la création de chambres spécialisées mixtes pour juger ces crimes de violence sexuelle qui choquent notre humanité commune, et qui ont été qualifiés comme crime contre l’humanité et comme acte constitutif du crime de génocide, respectivement par les Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda.
 
Tant que l’impunité sera tolérée, ces crimes se poursuivront. Il faut combler le fossé existant entre le droit et sa mise en œuvre, entre les normes juridiques et les normes sociales. La communauté internationale devrait utiliser tous les leviers possibles pour que les signataires d’Accords et de Conventions internationales respectent leurs engagements, et dresser des lignes rouges à ne pas franchir : ceux qui recrutent des enfants soldats et les utilisent pour commettre le viol comme stratégie de guerre doivent être poursuivis et jugés.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Nous sommes tristement bien placés pour parler des conséquences des violations massives des droits de l’homme liées à l’exploitation et au commerce illégal des minerais, appelés parfois « minerais des conflits » ou « minerais de sang » -  l’or et les « 3T » à savoir l’étain, le tungstène et le tantale (dont on extrait le célèbre coltan).
 
Nous avons mené des études qui établissent clairement une corrélation entre le nombre de cas de viols et les zones où se concentrent les mines. Nous sommes les témoins d’une nouvelle forme d’esclavagisme des femmes, mais aussi des enfants qui travaillent dans des conditions inhumaines, et qui sont victimes de toutes sortes d’abus.
 
Nous observons également avec désolation la dégradation de notre environnement : certaines sociétés sans éthique n’hésitent pas à déverser des produits chimiques dans nos fleuves et nos rivières, menaçant l’un des plus riches écosystème de notre planète.

Malgré notre souffrance, nous ne cédons pas au fatalisme ou à l’ « afropessimisme », car nous pouvons inverser la tendance, les solutions existent : si la mauvaise gestion des ressources naturelles et la corruption constituent des freins importants pour le développement en Afrique, voire une malédiction pour les communautés locales concernées, il y a toutes les raisons de croire qu’une bonne gouvernance et une gestion transparente et responsable constitueront un formidable levier pour un développement endogène et une clef pour la transformation de nos sociétés.
 
Et nous avons été très encouragés le 20 mai dernier par le vote du Parlement Européen en faveur d’une régulation contraignante visant à garantir un approvisionnement responsable et transparent des minerais des conflits par une traçabilité de toutes les étapes de la chaîne, de l’achat des matières premières à la transformation en produits finis.
 
Ce vote a été une victoire d’étape pour les droits de l’homme et la lutte contre les violences faites aux femmes dans l’Est de la RDC. Avec humilité et espoir, nous appelons aujourd’hui les Etats membres de l’Union Européenne, et la Belgique en particulier, à défendre cette position au sein du Conseil européen, afin de contribuer à transformer les minerais de sang en minerais pour le développement et la paix.
 
Cette occasion unique doit être saisie par les responsables politiques, mais également par la société civile, et interpeller chacun de nous, citoyen et consommateur des produits finis de ces minerais.
 
Nous portons tous dans nos poches des téléphones, des tablettes et autres objets de consommation courante qui sont devenus des composants inséparables de notre vie quotidienne.

Nous en avons tous besoin, mais chacun a le droit de savoir si son téléphone ou son ordinateur est propre, si les composants électroniques utilisés pour leur fabrication n’ont pas été associés aux violences sexuelles. Nous avons ce droit et nous devons le revendiquer, afin de ne pas se voir associé indirectement aux crimes les plus graves commis en ce début de XXIe siècle. Le commerce des minerais qui composent nos nombreux objets électroniques doit cesser de financer les guerres et devenir responsable et transparent !
Enfin, nous effectuons un plaidoyer pour la participation des femmes à toutes les étapes du processus de paix et de sa consolidation, et encourageons leur participation politique dans les élections à venir en RDC. Nous ne pouvons continuer à parler de l’état de la société et chercher à trouver des solutions pour remédier aux enjeux qui nous concernent tous sans donner la voix à plus de la moitié de la population mondiale.
 
**V. Conclusion.**
 
Nous arrivons au terme de cette conférence. Nous voulons faire remarquer à l’assemblée que la suite logique de nos actions a été dictée par les évènements douloureux auxquels nous avons été confrontés : la mortalité maternelle nous a conduit à la construction de l’Hôpital ; les viols commis avec extrême violence nous ont amené à développer un service de chirurgie de réparation génitale ; l’exclusion communautaire des victimes nous a conduit à encourager une réinsertion socio-économique de nos patientes et à contribuer aux efforts de lutte contre l’impunité ; le traitement d’une deuxième génération de victimes nous a appelé à porter la voix et les cris des femmes congolaises au sein des instances internationales, dans le cadre de notre plaidoyer, pour chercher à mettre fin à la guerre et à l’instabilité, qui ravage toujours l’Est de la RDC.

Nous ne pouvons nous limiter à réparer les conséquences de la violence, nous devons traiter ses causes. Le retour à la paix est la première condition indispensable à l’autonomisation des femmes. 

Je vous ai présenté le modèle d’assistance holistique développé à Panzi, où la prise en charge individuelle s’accompagne d’une prise en charge communautaire. Notre objectif tend à placer les besoins de la femme au cœur du système de santé, et à transformer les femmes victimes en actrices autonomes du changement qui - nous le pensons, viendra par les femmes. 

Nous sommes tous concernés et chacun de nous peut dans sa sphère d’action contribuer à mettre fin aux viols et autres formes de violence sexuelle et basée sur le genre. Nous ne pouvons pas rester indifférents au sort des milliers de femmes à travers le monde qui sont soumises à un traitement inhumain tout simplement parce qu’elles sont nées femmes.
  
Enfin, nous devons modifier le paradigme de la domination masculine, faire évoluer les mentalités et promouvoir une société paritaire et inclusive où la femme est l’égale de l’homme.

Mesdames, Messieurs, 

En RDC, l’insécurité et l’instabilité persistent. Dans un contexte pré-électoral extrêmement tendu et incertain, nous assistons à une dérive autoritaire et à un rétrécissement de l’espace des libertés pour la société civile. Les signaux d’alerte sont au rouge. Nous ne pouvons nous permettre d’assister passivement au sacrifice d’une nouvelle génération et nous partageons pleinement la position de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui, dans une déclaration récente, a lancé un cri d’alarme : « Il faut arrêter de faire couler le sang ».
 
Trop longtemps, l’indifférence a été à l’origine de l’omission d’agir. Le temps n’est plus à l’indignation, mais à l’action.
 
Je vous remercie.
Dr. Denis Mukwege

Women for Women International's 2015 Champion of Peace


Women for Women International
Champion of Peace Award
New York, New York
10 November 2015

REMARKS AS PREPARED FOR DELIVERY

Good evening,

Thank you to Women for Women International, especially Jennifer Windsor, to the Board of Directors, my friend and colleague Tony Gambino, distinguished guests, Ladies and Gentlemen.
 
Tonight we honor women, and this extraordinary organization, that has breathed hope into communities through transformative and innovative programs that recognize women’s centrality to society.
 
Tonight, we must re-light the fire of determination. We are united by purpose: to end the violence, most often targeting women and girls, and the impunity it inspires.
 
Every woman and child has the right to a roof over her head, an education, and freedom from fear. As long as corruption, poverty, and the scourge of rape plagues families and our society, there will be no lasting, nor meaningful peace.
 
Peace begins in our homes, and this is where women’s centrality is critical. Women give birth; breastfeed and raise children of BOTH genders the same way, with the same love. Without considering women as our equals, we deprive future generations of our legacy.
 
In my work, I have witnessed women waking up from anesthesia or even a coma, asking immediately whether their children have eaten or gone to school. For women, the priority is their children. Boys and girls are equal in the eyes of their mothers. Education is critical in order to transmit knowledge from one generation to the next.

Without education, boys AND girls will lose not only their innocence, but MOST importantly their potential. With every instance of repression, the cost becomes more and more difficult to calculate.
 
Today’s and tomorrow’s children must be given an opportunity for full education.
 
For more than a century, women built civil society organizations and conversations to solidify their right to vote, to own land, and property, and even to have control over their own bodies.
 
Women organized, and continue to organize, their families and instill values at home, and in their communities, but also in places of business, trade, and governance. They must have true economic opportunities. They must be free citizens with the right to vote in fair, and credible elections.
 
It is women who carry the burdens of society on their shoulders and in their minds, but they also carry the resolutions to corruption and violence.
 
The work of Panzi, with organizations like Women for Women, helps women to lighten their burdens – and restore their communities.
 
There were moments of triumph because society recognized that women and girls were more than just agents of change. They were, and are, central to the success of any civilization.
 
But today, ladies and gentlemen…
 
…the women in Congo, Syria, Sudan, Nigeria, Iraq, Burma, Columbia, in every corner of the globe, and even here in the United States, are facing an upsurge of violence. They are brutalized by loved ones, by criminals, by oppressive governments, or non-state actors.
 
Rape devastates the body, but also the soul. It steals a woman’s self-worth and her physical and psychological health. When deployed as a strategy of control over land, over resources, or over an entire population, it is a cheap, effective way to destabilize entire communities.
 
Rape is more than a devastating crime; it is designed to dehumanize the victim. At Panzi Hospital, we have treated tens of thousands of women and girls who required many surgeries to regain control over their bodily functions.
 
We have seen how medical intervention combined with psychosocial care, literacy, numeracy, and vocational training are catalysts for change, both for the short and long term.
 
We recognize healing means ensuring that women possess the ability to work and provide for their families, and to build a stronger voice and space on the public square - as citizens and as participants.

Ladies and gentlemen…

It is not enough to acknowledge the devastating and chilling effect of rape. It is a war crime like no other but there is more to rape than suffering; there is more to rape than the women of Congo, or women in Iraq and Syria, or caught as sexual slaves to ISIS. There are the perpetrators.

The perpetrators are predominantly male. Misogyny fuels violence, as surely as broken governance models, corruption, graft, and criminal opportunity do.
 
Let us not be mistaken: the behavior of men during conflicts reflects their behavior during peace time, except that during wars, the lawlessness due to the absence of the state and security, in a collapsed judicial system, the violence that was sleeping in the family and the community, is set free and explodes.
 
When impunity is valued over justice, devastation is bound to follow.
 
But there is also opportunity for redemption.
 
Men must stand shoulder to shoulder with women. Men have a responsibility to speak out in their own communities for the women they love.
 
When we replace hatred and oppression with love, and with a firm commitment to justice, men contribute to real change.
 
The recent announcement from South Africa’s African National Congress party that they will withdraw from of the ICC disregards and violates all that Nelson Mandela fought for.
 
The International Criminal Court has one concise mission and message: impunity for mass crimes cannot and will not be tolerated.
 
The voiceless and the vulnerable in Syria, Iraq, Afghanistan and Burma, across the continent of Africa, and around the world, must know that the world is committed to justice.
 
To weaken the ICC is to vote in favor of impunity, opening the door to more violence.
 
We must promote accountability, coherence, and transparency. We must stand at the side of women in all walks of life and treat them as equal. We must understand that wisdom comes not only from men but also from women.

This evening, I am calling upon us men to take responsibility, because those who rape are men, but not all men are rapists, not all men are evil.

Many men do a lot for women. Our problem is that although only a minority of men rape, the majority does not denounce.

Many men close their eyes and ears in total indifference. But let’s stress that rape is not a sexual relationship, it is the destruction of the other; it is to deny the other's humanity. We cannot close our eyes and ears when someone denies and challenges another's humanity.

Let’s open our eyes and ears in the face of such evil acts and speak out when we witness the unacceptable. Although we may not be rapists ourselves, we do become accomplices of the crimes by not denouncing them.

I call upon men who believe in equality of gender.

I call upon men who refuse to close their eyes and ears, and urge them to speak up.

I call upon men to join women in the fight they have been in over the last 100 years for their basic and fundamental rights.

The time is now, to stand in solidarity with women, for women.

Thank you, and good night.

STATEMENT FROM DR. DENIS MUKWEGE ON ICC

South Africa's Withdrawal Would Send Signal that Impunity is Valued Over Justice

(Amsterdam, NL) Upon adoption of the Rome Statute, African civil society, including Congolese human rights organizations, played an important role to support initiatives promoting international criminal responsibility, providing a great contribution to efforts designed to create an environment conducive to fighting impunity for the most serious crimes of concern to the international community.
 
The 1998 Rome Statue needed the ratification of 60 State Parties before entering into force on July, 1st 2002. Thirty-four African states are party to the Rome Statute.
 
The establishment of the International Criminal Court (ICC) is, and will remain, one of the most necessary and important institutions established in the 21st Century.  The mission, and message, is clear: impunity for mass crimes cannot and will not be tolerated. No one is above the law, including heads of state or others seeking immunity. Militia leaders are on notice that the most serious crimes will not go unpunished.
 
The jurisdiction of the ICC is limited to situations when a State party is not willing or is unable to prosecute genocide, war crimes, or crimes against humanity, and when the United Nations Security Council refers a case to the Court.
 
African citizens are eager to live 

Dakar, Senegal: Dr. Mukwege Addresses ALDEPAC Conference

DISCOURS DU DOCTEUR DENIS MUKWEGE A L’OCCASION DE LA CONFERENCE SUR LA GOUVERNANCE DES RESSOURCES NATURELLES EN AFRIQUE A DAKAR - 16 OCTOBRE 2015

S.E. Monsieur le Président de la République du Sénégal,
Honorable Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale du Sénégal,
Honorable Monsieur le Président de l’ALDEPAC,
Honorable Monsieur le Co-Président de l’Assemblée parlementaire Paritaire UE-ACP, Co-Président de l’ALDEPAC, 
Honorable Monsieur le Président de l’Alliance pour les Démocrates et les Libéraux pour l’Europe,
Monsieur le Secrétaire Général de l’Internationale libérale,
Distingués invités, en vos titres et qualités respectifs,
Mesdames, Messieurs,

Je vous remercie de m’accorder un espace de parole à l’occasion de l’ouverture solennelle de la 10e Conférence de l’Alliance des Libéraux et Démocrates pour l’Europe, l’Afrique, le Pacifique et les Caraïbes (ALDEPAC), qui a vocation à réfléchir sur les réformes nécessaires pour améliorer la gouvernance des ressources naturelles dont regorge notre continent.

Les enjeux de cette Conférence sont multiples et fondamentaux. Au moment où nous nous réunissons dans ce magnifique hôtel à Dakar pour traiter des questions relatives à la gouvernance des ressources de l’Afrique, nous savons que cette thématique est intimement liée aux grands défis que le monde moderne est appelé à relever: la redéfinition des objectifs de développement et du partenariat mondial pour lutter contre la pauvreté, le changement climatique et la protection de l’environnement, le terrorisme et les nouvelles formes de conflits, les migrations.

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Ces grands problèmes contemporains nous invitent à trouver des solutions, ensemble, pour notre survie. Jamais l’interdépendance entre les peuples n’a été aussi grande. Et chacun de ces enjeux est intrinsèquement lié à la gestion durable, transparente et responsable de ce capital naturel qui n’a, à l’heure actuelle, pas encore bénéficié aux populations locales.

Bien au contraire, au lieu d’offrir aux peuples le progrès, la prospérité et la paix, les minerais africains sont l’une des sources des conflits engendrant toutes sortes de fléaux : guerres, massacres, viols, déplacements massifs des populations, esclavage, insécurité alimentaire…

Monsieur le Président,
Honorables députés,

A l’Est de la République Démocratique du Congo, à l’Hôpital de Panzi, nous accueillons et nous prenons en charge depuis 1999 les survivantes des violences sexuelles : des femmes, des jeunes filles, même des bébés, avec des blessures atroces, parfois irréparables. 

Le viol comme stratégie de terreur est une arme extrêmement efficace : la destruction de l’appareil génital des femmes, le traumatisme psychologique individuel et collectif et les enfants nés du viol sans filiation entraînent une désintégration du tissu social des communautés affectées, qui sont ensuite acculées à l’exode ou soumises à l’esclavage par les seigneurs de guerre, qui ont donc le champ libre pour exploiter les mines avec une main d’œuvre traumatisée et soumise !

Nous sommes tristement bien placés pour parler des conséquences des violations massives des droits de l’homme liées à l’exploitation et au commerce illégal des minerais, appelés parfois « minerais des conflits » ou « minerais de sang ». 

Nous avons mené des études qui établissent clairement une corrélation entre le nombre de cas de viols et les zones où se concentrent les mines. Nous sommes les témoins d’une nouvelle forme d’esclavagisme des femmes, mais aussi des enfants qui travaillent dans des conditions inhumaines, et qui sont victimes de toutes sortes d’abus.

Nous observons également avec désolation la dégradation de notre environnement : certaines sociétés sans éthique n’hésitent pas à déverser des produits chimiques dans nos fleuves et nos rivières, menaçant l’un des plus riches écosystème de notre planète.

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Alors que la guerre est officiellement terminée en RDC depuis 2002, nous vivons en ces temps modernes une autre forme de conflit mené par une pléthore de groupes armés, qui s’apparentent à des entreprises criminelles, et qui opèrent en complicité avec des leaders corrompus et des hommes d’affaires cupides qui sacrifient nos terres et nos peuples pour des intérêts personnels, dans une économie qui reste largement militarisée.

La violence et la corruption ont frappé une nouvelle génération de victimes : après 16 ans d’activités, nous soignons la deuxième génération de survivantes de violences sexuelles. L’horreur est telle que les enfants nés du viol sont à leur tour victimes des bourreaux de leur mère.

Telle est la raison pour laquelle nous sommes engagés pour la promotion et la protection des droits humains, nous dénonçons l’impunité, et nous aspirons à l’avènement de la démocratie et au retour de la paix au cœur du grand continent africain. Nous ne pouvons continuer à réparer les conséquences de la violence et de la corruption sans parler de ses causes. 

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Malgré notre souffrance, nous ne cédons pas au fatalisme ou à l’ « afropessimisme », car nous pouvons inverser la tendance, les solutions existent : si la mauvaise gestion des ressources naturelles est un frein pour le développement en Afrique, voire une malédiction pour les communautés locales concernées, il y a toutes les raisons de croire qu’une gestion transparente et responsable constituera un formidable levier pour un développement endogène et une clé pour la transformation de nos sociétés.

Mais le chemin reste long : nous partageons les inquiétudes de l’ONG Global Witness qui dans un communiqué récent au sujet de la révision du Code Minier rapporte que : « des accords miniers secrets auraient ces dernières années coûté au Congo au moins 1,36 milliards de dollars – soit le double des dépenses annuelles de santé et d’éducation du pays ». 

Face à ce constat, nous invitons les parlementaires libéraux et démocrates à instaurer une politique de tolérance zéro vis-à-vis de la corruption par des mesures volontaristes et effectives.

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Le développement et la prospérité ne seront pas possibles en l’absence de l’instauration de véritables Etats de droit garantissant la protection des personnes et des biens et la sécurité juridique. 

A l’heure de la mondialisation, les lois et les codes nationaux sont toujours nécessaires mais plus suffisants. La globalisation économique doit aller de pair avec le principe d’universalisme des droits humains. L’enjeu est de créer un cadre propice à la mise en place d’un système où les Africains gagnent et les acteurs économiques gagnent, mais de manière propre, sans avoir recours à des violations massives des droits humains des populations locales.

Dans cette optique à la fois humaniste et réaliste, des normes contraignantes régissant la traçabilité et le commerce des matières premières provenant de pays où l’exploitation des minerais constitue une source de financement des groupes armés doivent impérativement être adoptées et respectées, tant au niveau national que régional et global. 

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Nous avons soutenu le vote du Parlement européen le 20 mai dernier en faveur d’une régulation contraignante visant à garantir un approvisionnement transparent et responsable des minerais des conflits, et nous saluons la détermination politique de l’ADLE pour son leadership sur cette question qui nous rassemble aujourd’hui. 

Vu la nature des enjeux, les liens et les valeurs fondamentales qui unissent l’Afrique et l’Europe, nous aspirons à ce que le Trilogue en cours entre le Conseil, la Commission et le Parlement préserve et soutienne les acquis débattus par les représentants des peuples de l’Union Européenne.

Monsieur le Président,
Honorables députés,

Une bonne gouvernance du secteur minier et une gestion efficace des ressources naturelles a vocation non seulement à contribuer à la croissance économique mais aussi au développement humain, à l’amélioration du niveau de vie des populations locales et à la préservation de l’environnement.

Le temps est venu pour l’Afrique de sortir de la pauvreté et de la violence.

Le temps est venu pour l’Afrique de dire non à la corruption et à l’impunité.

Le temps est venu pour l’Afrique de faire primer l’intérêt général sur les intérêts personnels.

Le temps est venu pour l’Afrique de forger une culture de démocratie et de redevabilité.

Le temps est venu pour l’Afrique de devenir un acteur responsable et respecté de la mondialisation.

Le temps est venu pour transformer les minéraux des conflits en minéraux pour le développement et la paix.

Je vous remercie pour votre attention.

Dr. Denis Mukwege
Dakar, le 16 octobre

Dispatch from the DRC: The Broken Road

Marta was only 12 when she started, in 6th grade in primary school. She was happy in school. But three boys raped her, and she became pregnant. Her family rejected her. She had no other choice.

Sylvie was 14. She had a hard life, she said. We asked her how – she just told us that life became hard, there was no one to take care of her, and looked down. We didn’t press further. 

Ange was 12. She’d been expelled from home by her parents also. We’ve learned by now not to ask the painful “why” questions. Their downcast eyes and shrinking demeanor tell enough. Now she is 13 and five months pregnant. She doesn’t know how she will take care of her child. “I can’t even take care of myself,” she says. 

Bisette’s father died, he was very ill. Something happened with her mother. She cannot live with her mother, and she has the same look as the other girls - telling us to stop asking. “I am independent,” she says. “Sometimes I visit my uncle.” Drop it, say her eyes, just leave it. “There was no one that could help us. I had to fight for survival. Especially now that I have a child, I have to fight to survive. This isn’t what I would choose.” 

These girls, these children, “work” in a brothel. 

The men pay 1000 Congolese Francs – around $1.00 – for “quick sex.” They like the younger girls, so the brothels heavily recruit for them. They put the youngest girls out front to lure in the customers.

Sylvie gets about two customers a night.  Sometimes the men pay, sometimes they don’t. Ok, many times they don’t. But at least she’s been tested for HIV. At least she sometimes uses condoms. 

We learn that’s maybe why she sometimes doesn’t get paid. The men refuse to use condoms. So what do they do, do they go away, find another girl? No, says Bisette. When you refuse, they have sex with you anyway. Then they don’t pay you, because you complained. 

SAJECEK, a grassroots organization in the rough neighborhood of Essence, did an investigation of brothels in the neighborhood last year. The research was conducted with financial support and technical assistance from our Badilika (Change) Program – a program that works to build the capacity of local civil society organizations to address root causes of violence, conflict and corruption. The SAJECEK investigators found 83 girls, aged 12-17, being exploited in brothels in the area. They visited 24 brothels total. 

Wait, did I just call it exploitation? Can we call it like it is? This is rape. These girls are 12, 13, 14. This is rape. Of children. They cannot consent, this is not a choice. 

SAJECEK has been working with the girls to raise awareness of the negative consequences of this work, in hopes of convincing them to find a different life, a new path. “What would you need to be able to stop this work?” we ask each of the girls.

Marta: “An alternative: school or work.”

Sylvie: “Education. And maybe some food.”

Ange:  “What work? First I have to learn.”

Bisette: “Studies.”

Robert, who runs SAJECEK, tells me that they used to have a sewing center, but it burned down. They don’t have the money to rebuild.

I find myself doing calculations in my head. How many women do we have at Maison Dorcas right now? Do we have room in this current class? Do we have room for more residents? How much do I have to raise to get these girls to Maison Dorcas, to get them in school, to get them some counseling, to get them, god help me, at the very least, tested? There are probably 12 or 13 girls in that tiny waiting room outside, how much do I need? 

I’m about to ask Robert about how we could make this work, how much time the girls would be willing to wait, would they be willing to travel the 20 minute walk to Panzi maybe twice a week. And then I catch myself. I’m asking the wrong questions.

There are dozens of right questions, and they suddenly pour out of me at lightning speed. Why isn’t there education available for these girls? Education is compulsory in the Congolese constitution, I find myself ranting, why can’t these girls go to school? It shouldn’t be up to community organizations like Panzi to find the money to send them, this should be readily available. And why are they put in this position in the first place? What is happening around them that at 12 or 13 they have no choice to be raped, each night, in order to survive? Why aren’t the authorities doing something about this? Why aren’t these brothels being shut down, the owners prosecuted, the children protected? 

The report that SAJECEK published did in fact lead to further investigation. Four brothels were shut down in Essence. Their owners were arrested, convicted, brought to justice. But the report studied 24 brothels, and the investigators are the first to admit that this didn’t come close to all the brothels in the area they surveyed, let alone in all of Bukavu. I know as an activist I’m supposed to take solace in the small victories. And when you look at it realistically, 4 brothels shut down and owners prosecuted, considering the corruption in the justice system, is a pretty big victory, really. But I’m blinded. 

*****

To call Essence a poor neighborhood is to play with understatements. It’s a slum. It’s also on the road to Panzi. And it’s here, in this poor, vulnerable neighborhood, where the population has so little already, where everyone is already on edge all the time, that the government decided to demolish homes. 

The road to Panzi has always been narrow and rough. It’s a 30 minute bounce-and-bump ride from Bukavu’s city center. On rainy days, the road washes out – I brought my rainboots, prepared to walk to work through ankle-deep mud (it’s been sunny and blazing hot every day). In the long dry season, you can’t see from the dust. So improving the road would be a legitimate endeavor. It would be infrastructure that is sorely needed, and especially in this overtly-neglected neighborhood which has seen little, if any, investment. Widening the road, smoothing the road – all this would be quite welcome.

But here’s how it happened instead. The government waited until three weeks before the rains started to begin the project, though the rainy season is known and that the rains would make continued work impossible and the road impassable was obvious. The first thing they did was to destroy a wooden bridge just near Panzi Hospital. The only alternative sent trucks blasting dust through our gates. “You can’t imagine the dust,” says Roger, the head of our Badilika civil society program. “It was everywhere. Can you imagine, in a hospital.” 

Then they began to widen the road. They simply made a decision about how wide the road should be, and cut the road to match that figure. To do so, they demolished homes of some of the most vulnerable in Bukavu. They did it without warning; “Sometimes there were children still inside the house, sometimes people had to run,” Robert explains. 

Our colleague Ali, who works in our research center and manages our Panzi Bags project, asked me if I knew anyone with a spare Kindle when I asked if I could bring him anything from the US. He told me he just wanted his books. He had the Bible, he had *Dancing in the Glory of Monsters*, he had another few books about Congo. With a new Kindle and an internet connection, he could get those books back (score one for the e-reader side of the debate). He hadn’t lost his Kindle. His home was demolished, and it was destroyed with it.

There are homes along the side of the new road that have simply been cut in half. The road needed to be X meters wide, and Y amount of this house was in the way. So the crews just split the houses down the middle. Some folks have gotten ahold of bed sheets or tarps, and put them up as temporary walls. The remaining homes are precariously perched on what is now a clay-dirt cliff. A few strong rains and they’ll all slide down. 

Last week, before we got here, it was pouring rain. The ditches the construction crews abandoned became pools of mud. Some of our staff didn’t get home until 9:00 at night, picking their way through the mud in the dark. There’s no way to finish the road till everything dries out. Even then, Roger says that the water drainage pipes they’re putting in are way too small to handle the amount of water that slides down the mountain during the rainy season.  The road will flood. It’s sunny now, but the rains are expected back.

The crew at SAJECEK has collected documentation from 380 families to prove they owned the property that had been destroyed. The government has not compensated anyone. The law says they have to compensate before there’s any demolition; they didn’t do that, and they don’t appear eager to compensate now, either, says Robert. The families are looking for lawyers that will help them. 

What about Advocats Sans Frontiers, asks Catherine? They said they had no budget to help. The lawyers at Panzi’s legal clinic? They are wonderful, but they specialize in sexual violence cases, they don’t have expertise in land rights. How much is a lawyer? It’s a class action lawsuit, one lawyer isn’t enough. They need about five. There are some in town who are willing to represent the families for less than they’d usually earn, but this will be a long, complicated case, and they will still need $1500 each. That’s $7500, total. I pull out my calculator. That’s $19.74 per family represented. 

I realize I’m doing it again: the calculations, the wrong questions. We’re not the ones who should have to fix this.

I couldn’t get a picture of Essence for you. We’re supposed to roll up the windows, lock the doors, put our belongings on the floor. There was too much dust through the window. 

****

In the middle of our conversation at SAJECEK, we hear shouting outside. It’s all in Swahili but the tone registers as someone inching closer and closer to a fight. 

A month ago, a thief committed a crime just outside the gates of Panzi Hospital. A soldier shot him. The population protested, blocking the road completely. They went after the soldier, they beat him near to death. Only the youth organized by SAJECEK stopped the mob from ending his life, getting the soldier to the hospital. 

Of course stealing is wrong. Of course it is a crime. A crime punishable by death, maybe not, but certainly a crime. But the population is so angry, so neglected, so palpably furious, that it didn’t matter what the man who was shot had done. They see the soldiers, the police, as their enemies. Part of the system that at best abandons, at worst exploits. 

Today, the thief died in the hospital. The man shouting up a storm, working his way up for a real fight at SAJECEK was his friend. “You stopped us from killing his killer,” we’re told he says. “Now YOU’RE our enemy.” 
Why wasn’t the thief simply arrested, brought to justice? What were the circumstances, the lack of opportunity, and the wartime trauma that led to his life of crime in the first place? Why is the only option for justice a mob execution? 

I’m asking the right questions. 

Statement: Dr. Denis Mukwege Addresses Refugee Crisis

STATEMENT FROM DR. DENIS MUKWEGE ON REFUGEE CRISIS

(Bukavu, DR Congo) Founder of the Panzi Hospital and Foundations, Dr. Denis Mukwege, released the following statement on the refugee and migrant crisis facing Africa, the Middle East, and Europe: 

“ Those fleeing instability, insecurity, violence, or war would not be making those dangerous crossings if they knew they could build their dreams in their home countries. It is imperative for leaders and civil society to work together to help improve the quality of life, and our relationships with other nations.”

Interview or speaking engagement requests for Dr. Mukwege may be submitted via email or telephone to Elizabeth Blackney, ElizabethB@pfusa.org, 541.390.1913. Panzi Foundation USA is a 501(c)3 organization, founded in 2010 by Dr. Denis Mukwege to build awareness, and support the work of our partners, primarily the Panzi Hospital in Bukavu, DR Congo.

Photography of survivors at the hospital requires special arrangements. http://www.panzifoundation.org

Dispatch from the DRC: Finding Hope Amid Pain

Dr. Nene used to pass Panzi Hospital on her way to work every day. She had heard the stories about the crimes that had been committed against the women treated there by Dr. Mukwege and the other physicians. She needed to know if these terrible stories were true.

She challenged herself to find out, to see what was really happening to the women being treated at Panzi. 

Dr. Nene approached the doctors at Panzi Hospital and asked them to train her for three months, without pay. During those first months, Dr. Nene learned the truth – the women she worked with in our Survivors of Sexual Violence (SSV) program told her about living nightmares – sexual violence with a level of brutality she could not have imagined, that no one should have to imagine. She told me it had been hard, those first few months; psychologically and emotionally very difficult. No one went to psychologists back then, she said. “You would pass two days without sleeping because of hearing these stories and think, oh, I’m in pain, I don’t feel well, I wonder why. Maybe I’m tired, maybe I just need to take some medicine to help me sleep.”

Talking with her husband got her through. But most helpful were the women themselves – women who had suffered unspeakable atrocities, and yet met her at the gate every morning smiling and laughing, welcoming her to work. She says that she felt a bit ashamed, that she had only listened to these stories while the women had lived them and had come out stronger on the other side. Who was she to abandon them? If she stayed home for even one day, they asked after her. How could she leave them?

STATEMENT FROM DR. DENIS MUKWEGE ON THE DRC GOVERNMENT PROHIBITION OF FILM

Media inquiries may beb addressed to Media and Communications Director Elizabeth Blackney, Email: ElizabethB@pfusa.org*

**DRC Media Minister Bars Screening of "The Man Who Mends Women – The Wrath of Hippocrates” Documentary**
---------------------------------------------------------------------------------------------------------

(Bukavu, DRC) The following is a statement from Dr. Denis Mukwege, Founder and Medical Director of the Panzi Hospital and Foundations:

“It is with a great regret that we must confirm we have been informed of the prohibition of screening the documentary film of Thierry Michel and Colette Braeckman in DR Congo. 

“We attended the film premieres at The Hague, in Brussels, and in Paris. We are impatient for our compatriots to see it in their country. This film was made for them. This film belongs to them.

“The DRC Media Minister’s decision to censor the film makes plain the will of the government to refuse the Congolese people their right of access to information, to their history and their right to collective memory, and to tell the truth. This decision demonstrates the minister’s intent to manipulate and control the people.

“In effect, we live under a climate of oppression, deterioration of human rights, and suffering with constrictions on our fundamental freedom.

“This censorship adds to a lengthy list of instances where we were targeted. In 2008, we received the United Nations Human Rights Prize, which we shared with other bold leaders in the field of human rights. On behalf of the Congolese people, the Human Rights Prize gave much needed recognition of the suffering and conflict we face. The DRC government shuttered access to this information, silencing us and all interested persons within our country. Radio stations and Congolese television broadcasts were prohibited from introducing their audiences to this information.

“Nearly one year ago, more than 700 deputies of the European Parliament representing the 28 Member States of the European Union, by unanimous vote, awarded the Sakharov Prize for Freedom of Thought to me and by extension to the Congolese women who are victims and survivors of acts of sexual and gender based violence. The Sakharov Prize resonated with media worldwide, except in DR Congo where only a few people were able to hear the news. 

“In January 2015, widespread demonstrations broke out in Kinshasa and across the DR Congo, where citizens voiced their opposition to a constitutional review and proposed changes to our electoral system. They faced a bloody suppression of their rights, accompanied by the muzzling of free press, targeting of internet access particularly by blocking social networks, and interrupting radio and television signals, and even individual outlets like RFI.

“Undertaking these measures in no way demonstrates the honor of our representatives, and it further damages the image of our country and our leaders. 

“Today, it is incomprehensible that the testimonies of women and civil society in this documentary recounting the harsh reality experienced by tens of thousands of women over the last twenty years, but also their ability to regain strength and live with dignity, reflects so badly on the authorities that they have decided to ban it, effectively silencing these citizens.

“Jesus said: "You will know the truth and the truth shall set you free.“ Let us hope that this ban is temporary, because the truth, even if it is difficult, was and remains destined to emerge.”

###